Logo VINCI
78,460 € +0,10 %   07/08/2020 17:38
Image d'illustration

L’ambition environnementale

Les métiers et activités de VINCI sont directement liés aux défis de la croissance verte. Ses entreprises s’efforcent de limiter l’impact environnemental de leurs activités. Elles développent des offres qui contribuent à réduire les quantités de matériaux mis en œuvre lors des travaux et les consommations énergétiques des ouvrages, et à préserver la biodiversité.
Conscient de sa responsabilité de grand groupe de concessions et de construction, et de la nécessité d’agir face à l’urgence climatique et environnementale, VINCI s’engage à développer d’ici 2030 des solutions qui participent à l’amélioration du cadre de vie et de la mobilité, tout en maîtrisant et réduisant l’impact direct de ses activités. Cette ambition se décline dans trois domaines : le changement climatique, l’économie circulaire et les milieux naturels.

Réduire notre empreinte carbone et garantir la résilience de nos ouvrages

- s’inscrire dans une trajectoire de 2° C en réduisant nos émissions directes (scopes 1 et 2) de 40 % en 2030 par rapport à 2018 ;
- proposer des solutions pour aider les clients des pôles à réduire leurs propres impacts environnementaux (performance énergétique des bâtiments et infrastructures, déploiement des énergies renouvelables, etc) ;
- s’adapter au changement climatique en adoptant une vision prospective intégrant la résilience.

Préserver les ressources avec l’économie circulaire

- limiter l’extraction de matériaux vierges au profit de matériaux recyclés ;
- favoriser les techniques et les matériaux de construction sobres en ressources naturelles, dans une logique d’approvisionnement responsable ;
- améliorer le tri et la valorisation des déchets.

Respecter les milieux naturels

Trois niveaux d’action ont été identifiés :
- évaluer et éviter les nuisances et incidents environnementaux dans les activités du Groupe, à la fois par des systèmes de management environnemental et par la prévention des nuisances locales ;
- réduire les consommations d’eau, en particulier dans les zones de stress hydrique ;
- entamer une démarche « zéro perte nette » de biodiversité, au travers notamment de la démarche « éviter-réduire-compenser » lors des projets de construction, et de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires dans les activités d’exploitation.

Mise à jour : 13/07/2020