Accueil - Mobile
83,700 € -1,83 %   05/10/2022 17:39

Entretien avec le président-directeur général

Xavier Huillard,
président-directeur général de VINCI

« Le potentiel de développement de nos métiers n’a sans doute jamais été aussi important. La transformation des villes, du cadre bâti, des infrastructures de transport, des réseaux d’énergie et de communication… toutes ces mutations mobilisent de manière croissante nos entreprises, pour répondre en particulier au défi majeur de la santé de la planète. »

Comment résumez-vous les performances économiques de VINCI en 2021 ?

Ce sont des performances solides, qui portent la marque de la résilience de notre modèle. Nous sommes un groupe à la fois robuste et mobile, qui montre sa capacité à s’adapter avec une grande agilité au contexte mouvant de la crise sanitaire et à retrouver rapidement une trajectoire de croissance pérenne. Nous avons dépassé en 2021 notre chiffre d’affaires de 2019, grâce au net rebond de nos activités dans l’énergie et dans la construction.
Dans les concessions, il faut signaler le dynamisme du trafic sur nos autoroutes. Si nos aéroports ont continué d’être fortement affectés par le contexte pandémique, l’incidence sur l’activité globale est relativement limitée. Nos résultats sont également en forte progression et s’accompagnent d’une génération de cash-flow libre absolument remarquable. Enfin, notre endettement maîtrisé nous a permis de réaliser nos investissements et nos projets de développement dans les meilleures conditions.

Quelle a été précisément la tendance dans chaque branche d’activité du Groupe ?

Dans les concessions, le fait marquant est que le trafic sur nos autoroutes françaises, pénalisé au premier semestre par les mesures de limitation des déplacements, a retrouvé puis dépassé dès l’été son niveau d’avant crise. La tendance a été globalement la même sur nos autoroutes à l’international. Dans l’aéroportuaire, la situation s’est améliorée en cours d’année en Europe et sur le continent américain, montrant là encore que le trafic redémarre rapidement dès que les autorités lèvent leurs restrictions ; des efforts sans précédent de réduction des coûts d’investissement et de fonctionnement ont également été réalisés.
Dans la construction, 2021 a vu le rapprochement de VINCI Construction et d’Eurovia dans un nouveau pôle intégré qui valorise la complémentarité de leurs expertises et de leurs réseaux d’implantations à l’échelle mondiale. Cette initiative va optimiser dans la durée notre potentiel de développement dans les métiers du BTP, mais aussi notre performance opérationnelle à court terme. 2021 le montre déjà, avec un taux de marge qui a dépassé, comme le chiffre d’affaires, le niveau de 2019, et un carnet de commandes légèrement supérieur au niveau très élevé de 2020 – année marquée par une prise de commandes exceptionnelle en matière de grands projets.
La dynamique a été encore plus notable pour VINCI Energies, que ses performances situent parmi les meilleures entreprises de son secteur. La capacité de VINCI Energies à se mobiliser pour ses clients pendant la crise sanitaire a encore renforcé sa proximité avec eux, ce qui se reflète dans sa dynamique de croissance et de prise de commandes. Sur le fond, VINCI Energies tire pleinement parti de sa capacité à développer des offres qui placent ses entreprises au coeur de la transition énergétique et de la transformation digitale de leurs clients.
Dans la même branche d’activité, il faut souligner également l’événement majeur qu’a été l’acquisition, finalisée en toute fin d’année, de Cobra IS, la branche énergie du groupe ACS.


Que représente pour VINCI l’apport de Cobra IS ?

Nous avons toujours affirmé notre volonté de nous développer de manière résolue dans l’énergie, et cette acquisition majeure, qui représente un investissement d’environ 4,2 milliards d’euros en valeur d’entreprise, confirme notre ambition de bâtir un leader mondial dans ce domaine. Cobra IS est complémentaire de VINCI, avec une présence forte dans la péninsule Ibérique et en Amérique latine, et une expertise reconnue dans la réalisation de projets d’énergie clés en main, en synergie avec une plateforme de développement de concessions d’énergie renouvelable que nous avons également acquise. Grâce à ce rapprochement, nous allons changer d’échelle sur ces marchés très porteurs, en y apportant notre capacité d’investissement et en mobilisant nos savoir-faire de concessionnaire, de constructeur et de spécialiste de l’énergie. Ce faisant, nous allons renforcer notre composante de temps long, car nous avons vocation à conserver les actifs d’énergie renouvelable que nous développerons, comme nous l’avons fait avec nos concessions d’autoroutes et d’aéroports.

Comment se dessinent vos perspectives pour 2022 et à plus long terme ?

Malgré un contexte où le Covid-19 continue de générer de l’incertitude – et dans lequel il est difficile de faire des prévisions –, nous sommes en bonne position pour la sortie de crise. Avec leurs carnets de commandes au plus haut, VINCI Construction et VINCI Energies devraient poursuivre leur trajectoire positive, à laquelle s’ajoutera l’apport de Cobra IS. Dans les concessions, le trafic autoroutier, sauf nouvelles mesures de restriction des déplacements, devrait demeurer robuste, dans la continuité de la tendance du second semestre 2021. Dans le secteur aéroportuaire, l’activité reste tributaire des mesures gouvernementales, en particulier pour les vols internationaux, mais comme lors des précédentes phases de la pandémie, le trafic devrait reprendre rapidement dès que la situation sanitaire s’améliorera, et continuer à croître sur le long terme car les besoins de mobilité aérienne sont structurellement soutenus.
Au-delà de l’horizon immédiat, et là est le principal signal très positif, le potentiel de développement de nos métiers n’a sans doute jamais été aussi important. En étant des acteurs de la mobilité, de la construction et de l’énergie, nous sommes au coeur des enjeux du monde contemporain. La transformation des villes, du cadre bâti, des infrastructures de transport, des réseaux d’énergie et de communication… toutes ces mutations mobilisent nos entreprises, pour répondre en particulier au défi majeur de la santé de la planète.

À ce sujet, comment abordez-vous l’enjeu de l’urgence climatique dans vos métiers ?

En application des engagements ambitieux que nous avons pris en 2020 en refondant notre politique environnementale, cet enjeu est une priorité stratégique pour VINCI. C’est la nouvelle frontière commune à l’ensemble de nos activités. Dans tous nos métiers – dans leurs domaines respectifs mais aussi en mettant en résonance leurs expertises autour de cet objectif prioritaire –, nous pouvons et nous voulons être des contributeurs positifs dans ce domaine. C’est notre responsabilité de bâtisseurs des villes et des territoires, c’est la nécessité que nous dicte l’urgence climatique, et par notre capacité à y répondre, nous ouvrons des voies d’avenir pour nos entreprises en même temps que nous agissons pour l’avenir de la planète. Nous sommes d’ailleurs soutenus dans cette démarche par nos actionnaires, qui ont massivement approuvé la résolution environnementale que nous leur avions présentée lors de notre dernière assemblée générale, et par les investisseurs quand ils souscrivent aux obligations vertes que nous émettons. Leur confiance nous encourage à poursuivre dans cette voie.

Comment se déploie concrètement la nouvelle ambition environnementale de VINCI ?

Nous agissons en conjuguant une impulsion forte du Groupe et l’engagement de nos équipes sur le terrain. 2021 a été une année d’intense mobilisation dans ce domaine, comme l’a montré le succès de notre premier Prix de l’Environnement. Dans un mouvement d’amplification des plans d’action que nous avons lancés dans chacun de nos pôles, des milliers d’initiatives sont prises par nos collaborateurs, dans le quotidien de nos métiers. C’est une dynamique qui embarque avec le même enthousiasme et la même créativité nos équipes partout dans le monde, ce qui montre à quel point l’environnement peut être un puissant levier de cohésion et de transformation pour un groupe comme le nôtre.
Le déploiement de cette dynamique est à double détente : nous agissons pour réduire l’impact environnemental de nos propres activités, avec la volonté d’être exemplaires dans nos processus de production et d’exploitation, mais aussi pour accompagner nos clients et les utilisateurs de nos infrastructures dans leurs efforts pour réduire leur propre empreinte. Pour avancer sur ces deux champs complémentaires, un puissant mouvement d’innovation est à l’œuvre, que ce soit à l’échelle du Groupe, avec notre plateforme Leonard, ou au sein de nos pôles et entreprises. Nous accélérons de manière spectaculaire la transformation environnementale de nos métiers, avec la volonté non seulement de renouveler nos propres pratiques mais aussi, par nos offres et nos solutions, d’être des accélérateurs de la transition écologique des villes et des territoires dont nous sommes des acteurs majeurs. Cela nous conduit par exemple à investir, aux côtés d’autres grands partenaires, dans le développement de l’hydrogène vert et des infrastructures qui permettront de produire cette énergie décarbonée, amenée à jouer un rôle essentiel dans les mobilités de demain.

Dans ce contexte, comment résumez-vous le projet de VINCI ?

Nous poursuivons résolument un projet de croissance vertueuse.De même qu’il y a une urgence vertueuse – celle qui commande à tous d’agir rapidement pour préserver l’avenir de la planète et de ses habitants –, il y a un chemin de croissance vertueuse pour nos entreprises, dès lors qu’elles assument pleinement leur rôle moteur dans cette nécessaire mobilisation collective.
En somme, les défis du monde contemporain nous confortent dans la démarche de performance globale qui a toujours été la nôtre. Pour VINCI, économie, environnement et contribution au bien commun vont de pair. C’est notre vision du progrès !

Mise à jour : 18/03/2021