Logo VINCI
89,400 € +0,54 %   21/05/2019 17:35

Paroles d’experts

Xavier Marchand – Analyste, Deutsche Bank

Xavier Marchand Malgré des perturbations sur le trafic autoroutier en France fin 2018, VINCI a reporté une croissance de plus de 8 %. Cela démontre le succès de sa stratégie de diversification et sa capacité à amortir les chocs conjoncturels. L’autre point clé, à mon sens, est la très robuste génération de free cash-flow de 3,2 milliards d’euros, en augmentation de plus de 600 millions d’euros par rapport à 2018. Après la vague importante d’acquisitions de ces deux dernières années, nous nous attendons à ce que la priorité en 2019 soit à l’intégration des activités nouvellement acquises. Dans un marché incertain avec des perspectives de croissance plus modérées, nous apprécions le profil de VINCI, dont 70 % des profits proviennent de métiers défensifs liés à la concession. Selon nous, la dynamique dans les métiers du contracting devrait toutefois continuer à s’améliorer, notamment via la reprise du marché en Afrique et une meilleure efficacité opérationnelle en France.

Nicolas Mora - Analyste, Exane BNP Paribas

Nicolas Mora Les résultats 2018 reflètent une solide activité sous-jacente dans tous les métiers du Groupe, malgré une fin d’année ternie par les conséquences du mouvement des « gilets jaunes » chez VINCI Autoroutes. La plupart des divisions ont consolidé leur avance sur leurs concurrents en combinant croissance des revenus et des marges. L’année 2019 devrait être marquée par un environnement macro plus incertain. Le cycle de reprise des volumes dans le contracting en France devrait se modérer, et l’international devrait prendre le relais, soutenu par de belles prises de commandes ces derniers mois. Les marges devraient bénéficier du travail de restructuration dans la construction et des acquisitions chez Eurovia. Dans les métiers des concessions, on s’attend à un ralentissement du trafic aéroportuaire, même si VINCI Airports continuera à surperformer la plupart de ses concurrents européens, alors que VINCI Autoroutes devrait voir son trafic rebondir dans la deuxième partie de l’année. VINCI demeure notre Top Pick au sein des sociétés d’infrastructure européennes avec un objectif de cours de cent trois euros. Les perspectives bénéficiaires du Groupe ainsi que la génération de cash-flow à moyen terme nous semblent sous-estimées par le marché.

Olivier Dauzat - rédacteur en chef adjoint, Le Revenu

Olivier Dauzat La major du BTP démontre une nouvelle fois la robustesse de son modèle intégré de « constructeur-concessionnaire ». En 2018, son chiffre d’affaires a progressé de 8,1 %, à 43,5 milliards d’euros, et son résultat net part du Groupe s’est hissé à 3 milliards (un nouveau record dans l’histoire de VINCI), en hausse de 8,6 %. Tous les pôles du contracting ont amélioré leur rentabilité. Dans les concessions, le recul du trafic de VINCI Autoroutes, suite à la crise des « gilets jaunes » en fin d’année, a été compensé par le développement du pôle aéroportuaire. L’ensemble des plates-formes gérées par le Groupe a accueilli plus de 195 millions de passagers l’an dernier, soit une amélioration de 6,8 % par rapport à 2017. Pour l’exercice 2019, les dirigeants tablent sur une nouvelle progression du chiffre d’affaires et du résultat. Les carnets de commandes du contracting se maintiennent à un bon niveau.

Olivier Dauzat – deputy editor-in-chief, Le Revenu

Olivier Dauzat The major building and civil engineering group has once again demonstrated the soundness of its integrated concession-construction business model. In 2018, its revenue increased 8.1% to €43.5 billion and net income attributable to owners of the parent rose to €3 billion, up 8.6% and setting a new record for VINCI. All the Contracting business lines improved their margins. In Concessions, the decline in VINCI Autoroutes’ traffic, caused by the gilets jaunes crisis at the end of the year, was offset by growth in the airport sector. The Group’s portfolio of airports handled over 195 million passengers last year, a 6.8% increase on 2017. For 2019, senior management is projecting further growth in revenue and income. Contracting’s order books are holding at a good level.

Paroles d’actionnaires

Raymond Quenin - Actionnaire de VINCI depuis plus de dix ans

Raymond Quenin VINCI est la première ligne d’actions que je détiens en direct. C’est donc pour moi une valeur de fond de portefeuille dont j’attends une rentabilité suffisante et une bonne visibilité dans le temps. J’apprécie chez VINCI la politique de diversification entre les métiers et les débouchés, tout en évitant les risques d’une dispersion excessive et d’une rentabilité mal appréciée dans les nouveaux projets.

Pierre Château - Actionnaire de VINCI depuis 2005

Pierre Château J’ai toujours conservé mes actions car VINCI constitue une valeur de fond de portefeuille, avec une politique de dividende constante. Je suis également membre du Club des actionnaires, ce qui me permet d’être informé de l’actualité du Groupe. Je trouve que la stratégie est claire et le business model efficace : tout cela est très rassurant pour moi.

François Jager - Actionnaire

François Jager Je suis actionnaire de VINCI depuis 20 ans. J’apprécie sa capacité à développer une vision de long terme, comme en attestent ses diversifications récentes. Lorsque le Groupe désinvestit, c’est parce qu’il anticipe une fin de cycle et qu’il estime pouvoir mieux allouer ses capacités humaines et financières. J’apprécie aussi son action citoyenne et son manifeste.
Je souhaite que l’Etat respecte les engagements contractuels qu’il a pris avec les concessionnaires autoroutiers et qui lui ont permis de faire d’importantes économies en déléguant des dizaines de milliards d’euros d’investissements. En tant qu’usager des autoroutes, je les trouve à la fois très chères et remarquablement aménagées. Les hausses de tarifs programmées me semblaient cependant toutes relatives par rapport à celles d’autres services publics. Et surtout, tout cela relève d’un contrat prévisible signé par l’Etat. Je ne trouve pas judicieux de reprocher à des entreprises privées de gagner de l’argent en honorant leurs contrats.

Philippe Dunoyer - Actionnaire de VINCI depuis plus de dix ans et membre du Club des actionnaires individuels

Philippe Dunoyer Le Groupe est fiable et rassurant, grâce à son modèle économique intégré, sa gestion prudente et son management efficace. Les résultats annuels sont performants et même meilleurs que prévu. L’action VINCI est une valeur de fond de portefeuille car il y a très peu d’à-coups dans son parcours boursier. Le virage stratégique vers les aéroports ne me fait pas peur car c’est un secteur en pleine croissance.

Mise à jour : 16/05/2019