Logo VINCI
78,460 € +0,10 %   07/08/2020 17:38
Accueil > Médias > Communiqués    >    Comptes semestriels 2020 (31/07/2020)

Communiqués

Comptes semestriels 2020

31 juillet 2020 - 07:30 - Finances - France

· Contraction du chiffre d’affaires et forte baisse des résultats, conséquences de la pandémie de la Covid-19
· Flux important de nouvelles commandes dans les grands projets au deuxième trimestre - carnet au plus haut historique
· Très haut niveau de liquidités - forte réduction de l’endettement sur 12 mois
· Point d’actualité à fin juillet 2020 :
   - VINCI Autoroutes : confirmation de l’amélioration de la tendance du trafic
   - VINCI Airports : reprise lente
   - Contracting (VINCI Energies, Eurovia, VINCI Construction) : activité proche de son niveau normal estimé
· Perspectives : résultats attendus en baisse significative en 2020 - confiance dans la capacité du Groupe à rebondir en 2021

Chiffres clés

En millions d’euros 1er semestre    
2020 2019 Variation
2020/2019
2019
Chiffre d’affaires 1 18 493 21 729 -15 % 48 053
Capacité d’autofinancement (Ebitda) 1 803 3 625 -50 % 8 497
En % du chiffre d’affaires 9,7 % 16,7 %   17,7 %
Résultat opérationnel sur activité 267 2 289 (2 022) 5 734
En % du chiffre d’affaires 1,4 % 10,5 %   11,9 %
Résultat opérationnel courant 118 2 341 (2 223) 5 704
Résultat net part du Groupe (294) 1 359 (1 654) 3 260
Résultat net dilué par action (en €) (0,53) 2,43 (2,96) 5,82
Cash-flow libre (182) 316 (497) 4 201
Endettement financier net * (en Mds€) (22,1) (24,2) 2,1 (21,7)
         
Évolution du trafic de VINCI Autoroutes -32,8 % +0,0 %   +2,8 %
Évolution des trafics passagers 2 de VINCI Airports -61,4 % +6,7 %   +5,7 %
Carnet de commandes * (en Mds€) 42,9 36,2 +18 % 36,5

(1) Hors chiffre d’affaires travaux des filiales concessionnaires confié à des entreprises extérieures au Groupe (voir glossaire).
(2) Données à 100 % incluant le trafic des aéroports en période pleine de l’ensemble du portefeuille géré par VINCI Airports.
* En fin de période.

 

 

Xavier Huillard, président-directeur général de VINCI, a déclaré :

« Après un bon début d’année dans la continuité de l’exercice précédent, l’activité et les résultats du Groupe ont ensuite été fortement affectés par les conséquences de la pandémie de la Covid-19.

Les impacts de la crise sanitaire ont été particulièrement sensibles en France dans tous les pôles de métiers à la suite de l’entrée en confinement le 17 mars.

Dans le même temps, les dispositions mises en place à l’échelle mondiale pour tenter d’enrayer le développement de la Covid-19 ont provoqué un quasi-arrêt du trafic aérien.

Face à cette situation inédite, le Groupe a rapidement mis en œuvre des mesures d’ajustement des dépenses et de révision des programmes d’investissements. Il s’est également employé à renforcer ses ressources financières.

Dans le contracting, l’activité est aujourd’hui revenue, dans tous les pôles, à un niveau proche de son niveau normal. Chez VINCI Autoroutes, après une forte chute fin mars, la courbe des trafics est désormais en passe de retrouver son niveau de 2019. En revanche, chez VINCI Airports, la reprise de l’activité est limitée en raison du maintien d’importantes restrictions voire d’interdictions pour les vols internationaux.

Dans ce contexte, les performances financières de VINCI en 2020 seront en très net retrait par rapport à celles de l’exercice précédent.

Mais le Groupe entend se projeter au-delà, et est mobilisé pour accompagner la relance de l’activité économique dans les territoires dont il est un acteur essentiel, tant dans les concessions que dans le contracting.

Il dispose d’importants atouts pour rebondir dès 2021, en fonction de l’évolution des conditions sanitaires, et retrouver une trajectoire de croissance pérenne :
  - Un modèle économique de temps long bien adapté aux grands enjeux actuels : efficience énergétique ; nouveaux besoins en matière de mobilité et de communication ;
  - Des marchés porteurs sur le long terme dans tous ses métiers ;
  - La forte réactivité de ses entreprises grâce à une organisation très décentralisée ;
  - L’engagement de ses équipes ;
  - Un carnet de commandes au plus haut historique ;
  - Une situation financière très solide.

Croissance pérenne sur un plan économique, mais aussi environnemental : ses métiers des services à l’énergie, de la construction et de la mobilité placent le Groupe au cœur de la croissance verte.

Répondre à ces enjeux constitue un défi enthousiasmant pour les 220 000 collaborateurs du Groupe ».

Le Conseil d’administration de VINCI s’est réuni le 30 juillet 2020 sous la présidence de Xavier Huillard pour arrêter les comptes semestriels du Groupe au 30 juin 2020. Il a également décidé, compte tenu de la situation exceptionnelle, de ne pas verser d’acompte sur dividende. Cette décision ne préjuge pas de l’affectation du résultat de l’exercice 2020 qui sera proposée par le Conseil d’administration lors de l’examen des comptes annuels.

I. Chiffres clés consolidés

Dans la continuité de l’exercice précédent, VINCI affichait jusqu’à mi-mars une solide performance tant dans les concessions que dans le contracting. Après l’entrée en confinement de la France et de nombreux pays, le Groupe a subi une baisse très prononcée de son activité. Les comptes consolidés du 1er semestre 2020 font ainsi ressortir une contraction du chiffre d’affaires et une forte baisse des résultats.

Le chiffre d’affaires consolidé du 1er semestre 2020 s’élève à 18,5 milliards d’euros3, en baisse de 14,9 % à structure réelle par rapport à celui du 1er semestre 2019 (-17,0 % à structure comparable ; impacts des changements de périmètre, essentiellement à l’international : +2,4 % ; variations de change : -0,3 %). La baisse de chiffre d’affaires ayant été plus marquée en France qu’à l’international, la part du chiffre d’affaires réalisé hors France s’est établie à 49 % (44 % au 1er semestre 2019).

Le chiffre d’affaires de la branche concessions ressort à 2,6 milliards d’euros, en baisse de 32 % à structure réelle (-37 % à structure comparable), dont :
  - VINCI Autoroutes : 1,9 milliard d’euros, en baisse de 27 % du fait de la chute du trafic après la mise en place du confinement généralisé en France le 17 mars. Après une contraction de 5 % au cours du 1er trimestre, le chiffre d’affaires a ainsi reculé de 46 % au cours du 2e trimestre.
  - VINCI Airports : 0,6 milliard d’euros (-45 % à structure réelle et -56 % à structure comparable), reflet d’un quasi-arrêt d’activité sur l’ensemble des plateformes du réseau au 2e trimestre (contraction du chiffre d’affaires de 89 %), suite à la mise en place, dans la plupart des pays, de mesures de restriction voire d’interdiction des vols commerciaux.

Le chiffre d’affaires de la branche contracting ressort à 15,8 milliards d’euros, en baisse de 11 % (-13 % à structure comparable). Après un fort début d’année, l’activité a été affectée par la crise sanitaire, mais de façon différente selon les pays. En France, l’activité a été très faible dans le bâtiment et les travaux publics pendant environ un mois à compter de l’entrée en confinement. La situation s’est ensuite améliorée à partir de la seconde quinzaine d’avril. Sur l’ensemble du 1er semestre, le chiffre d’affaires a reculé de 21 %. Dans de nombreux autres pays, l’activité s’est maintenue à des niveaux proches de la normale, la situation ayant toutefois évolué au cours de la période en fonction des mesures décidées par les autorités sanitaires locales. Le chiffre d’affaires à l’international affiche une quasi-stabilité sur le semestre (-3 % à structure comparable).

La part de la France dans le total a ainsi été ramenée à 46 %.
  - VINCI Energies : 6,1 milliards d’euros (-4 % à structure réelle, -8 % à structure comparable). En France (43 % du total), le chiffre d’affaires a reculé de 10 % (-12 % à structure comparable). La présence de VINCI Energies dans certains secteurs essentiels, tels que la santé, les infrastructures électriques, les télécommunications ou encore la pharmacie et l’industrie alimentaire a permis d’atténuer la baisse de chiffre d‘affaires. La situation est restée, dans l’ensemble, mieux orientée à l’international (57 % du total) avec un chiffre d’affaires en hausse de 2 % à structure réelle (-5 % à structure comparable). Certaines zones où VINCI Energies est fortement implantée comme l’Allemagne, la Suisse et les pays scandinaves ont maintenu un niveau d’activité proche de la normale, alors que la situation a été plus difficile sur la côte Est des Etats-Unis, en Asie du Sud-Est (Singapour et Indonésie) et, dans une moindre mesure, en Afrique. Par ailleurs, VINCI Energies a poursuivi son développement par croissance externe. Celle-ci a contribué à environ 300 millions d’euros à l’évolution du chiffre d’affaires du 1er semestre, dont près de 90 millions d’euros pour la dizaine de nouvelles acquisitions finalisées en 2020 (principalement en Europe).
  - Eurovia : 3,8 milliards d’euros (-12 % à structure réelle et comparable). En France (50 % du total), le chiffre d’affaires est en retrait de 24 %. Après avoir connu un quasi-arrêt pendant un mois, l’activité des chantiers a repris dès la mi-avril avant de s’accélérer en mai. Fort de son expérience des récessions précédentes, Eurovia a pu ajuster rapidement son dispositif opérationnel à la situation. A l’international (50 % du total), le chiffre d’affaires a progressé de 4 %. L’activité a pu être maintenue dans la plupart des pays où Eurovia est implanté, avec des hausses aux Etats-Unis, en Allemagne et en République tchèque. Elle a, en revanche, baissé en Grande-Bretagne, au Canada et au Chili.
  - VINCI Construction : 5,8 milliards d’euros (-17 % à structure réelle et comparable). En France (47 % du total), l’activité est en repli de 27 %, la grande majorité des chantiers s’étant arrêtés pendant plus d’un mois avant de redémarrer progressivement fin avril. La reprise s’est effectuée plus rapidement sur les chantiers de travaux publics que de bâtiment, plus contraints par les règles de distanciation sociale. A l’international (53 % du total), le chiffre d’affaires baisse de 6 %, l’activité ayant pu être maintenue, au moins partiellement, dans de nombreux pays. La situation a été assez hétérogène, en fonction des divisions et des zones géographiques. Elle a aussi évolué durant la période en fonction des décisions des autorités sanitaires locales.

Le chiffre d’affaires consolidé de VINCI Immobilier s’établit à 436 millions d’euros, en retrait de 7 %. Il a progressé jusqu’à mi-mars grâce à une production soutenue en immobilier d’entreprise, sur plusieurs affaires importantes telles que le projet To-Lyon dans le quartier de La Part-Dieu. Il a ensuite fortement baissé suite à l’arrêt des chantiers de construction pendant plus d’un mois.

L’EBITDA s’élève à 1 803 millions d’euros (3 625 millions d’euros au 1er semestre 2019). Il représente 9,7 % du chiffre d’affaires, contre 16,7 % au 1er semestre 2019.

Le Résultat Opérationnel sur Activité (ROPA), en forte baisse par rapport au 1er semestre 2019, s’établit à 267 millions d’euros et se décompose ainsi :
  · 545 millions d’euros pour la branche concessions, comprenant un résultat positif de VINCI Autoroutes (701 millions d’euros) et une contribution négative de VINCI Airports (-127 millions d’euros). Les résultats des filiales concessionnaires du Groupe ont été fortement impactés par les baisses de chiffre d’affaires qu’elles ont subies, leurs coûts étant essentiellement fixes. Dans ce contexte, VINCI Airports a mis en œuvre un plan d’optimisation des coûts, conduisant à une baisse drastique de ses dépenses opérationnelles. Par ailleurs, les investissements dans les plateformes consolidées sont révisés en baisse d’environ 300 millions d’euros pour 2020, par rapport au budget initial.

  · -255 millions d’euros pour la branche contracting (VINCI Energies +186 millions d’euros, Eurovia - 120 millions d’euros et VINCI Construction -321 millions d’euros). Les entités du contracting ont été pénalisées à la fois par la sous-activité, particulièrement en France après l’entrée en confinement, et par une productivité amoindrie du fait de la mise en place de mesures barrières sur les chantiers. Dans ce contexte, la bonne performance de VINCI Energies (marge opérationnelle de 3,0 %) est à souligner. Elle démontre à nouveau la résilience des entreprises du pôle. De son côté, Eurovia, malgré l’arrêt brutal de ses chantiers en France, a pu limiter la diminution de sa marge4. La situation de VINCI Construction résulte notamment de la sous-couverture des frais généraux induite par la crise sanitaire et des surcoûts générés par l’arrêt, puis la reprise des chantiers ainsi que par les nouvelles normes sanitaires mises en place. Cette crise a également accentué les difficultés, déjà soulignées, du marché de l’oil & gas. Celles-ci ont conduit à la mise en œuvre d’un projet de réorganisation d’Entrepose, prévoyant un rapprochement d’expertises avec la division des Grands Projets et avec Sogea-Satom.

Le Résultat Opérationnel Courant (ROC) ressort à 118 millions d’euros. Il intègre notamment l’impact des paiements en actions (IFRS 2) et la contribution négative de participations consolidées par mise en équivalence, notamment dans le secteur aéroportuaire, alors qu’elle était positive en 2019.

Le Résultat net consolidé part du Groupe affiche une perte de 294 millions d’euros et le résultat net par action5ressort à -0,53 euro (respectivement 1 359 millions d’euros et 2,43 euros au 1er semestre 2019).

Le cash-flow opérationnel (avant prise en compte des investissements de développement dans les concessions) s’établit à 388 millions d’euros (823 millions d’euros au 1er semestre 2019). Il intègre une amélioration remarquable du besoin en fonds de roulement -dont la variation est habituellement négative au 1er semestre du fait de la saisonnalité des activités- grâce à un niveau d’encaissements des clients particulièrement soutenu au 2e trimestre 2020.

Le cash-flow libre ressort à -182 millions d’euros (316 millions d’euros au 1er semestre 2019). Il comprend les investissements de développement dans les concessions, en légère hausse au 1er semestre en raison des programmes déjà engagés par VINCI Airports.

L’endettement financier net consolidé ressort à 22,1 milliards d’euros au 30 juin 2020, en baisse de 2,1 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2019.

Les états financiers consolidés au 30 juin 2020 seront disponibles sur le site Internet de VINCI à partir du 31 juillet 2020 après bourse : https://www.vinci.com/vinci.nsf/fr/investisseurs.htm

II. Performances opérationnelles

Après une bonne progression au cours des deux premiers mois de l’année (+9 %), le trafic de VINCI Autoroutes a subi une très forte contraction après l’entrée de la France en confinement le 17 mars. Il s’est ensuite maintenu à un niveau très bas jusqu’à la levée partielle des mesures de restrictions de circulation à partir du 11 mai : la baisse, comparativement à l’année précédente, de -81 % en avril, a ainsi été ramenée à -56 % en mai. Depuis le 2 juin, date de levée de la restriction des déplacements au-delà de 100 km du domicile, une nouvelle amélioration a été constatée avec une baisse de trafic ramenée à -21 % sur le mois. Sur l’ensemble du semestre, le repli du trafic ressort ainsi à -32,8 % (véhicules légers -36,6 %, poids lourds -12,2 %). Le trafic des poids lourds a mieux résisté, grâce au maintien d’un niveau d’activité économique minimum dans le pays. Le redressement du trafic s’est confirmé en juillet. Il est désormais proche de son niveau de 2019.

Le trafic passagers du réseau VINCI Airports a reculé de 61 % sur l’ensemble du 1er semestre 2020 (dont -21 % au 1er trimestre et -96 % au 2e trimestre). Après avoir été impacté dès le début de 2020 par la crise sanitaire sur ses plateformes d’Asie, VINCI Airports a connu un quasi-arrêt d’activité sur l’ensemble de ses aéroports à partir de la mi-mars, à la suite de la mise en place, dans la plupart des pays, de mesures de restriction des vols commerciaux. Cette situation n’a connu aucune évolution en avril et mai (baisse du trafic passagers de près de 98 % par rapport à la période comparable de l’année précédente). En juin, une reprise de l’activité s’est amorcée pour les vols domestiques (notamment en France, au Japon et aux Etats-Unis) et les vols à l’intérieur de l’espace Schengen. Elle reste toutefois encore très limitée (baisse du trafic passagers de 94 % par rapport au mois de juin 2019).

Les prises de commandes de la branche contracting ont atteint 22,8 milliards d’euros au 1er semestre 2020, en progression de 10 % par rapport au 1er semestre 2019. Sur 12 mois glissants, la hausse est de 9 % (+11 % à l’international, +6 % en France). Cette progression a été tirée par plusieurs grandes affaires remportées par le Groupe en Europe, dont deux lots de la ligne à grande vitesse HS2 au Royaume-Uni pour environ 3 milliards d’euros, la tour The Link à Paris La Défense ainsi que plusieurs nouvelles affaires pour le Grand Paris Express. En revanche, le rythme des prises de commandes sur les affaires de petite et moyenne taille s’est ralenti en France au cours des derniers mois, sous l’effet principal du contexte électoral, le deuxième tour des élections municipales, initialement prévu en mars 2020, s’étant finalement tenu fin juin.

Le carnet de commandes du contracting au 30 juin 2020 progresse dans tous les pôles de métiers pour s’établir à 42,9 milliards d’euros, plus haut historique, en hausse de 18 % par rapport au 31 décembre 2019 (+19 % à l’international, +16 % en France) et sur 12 mois. Il représente près de 14 mois d’activité moyenne (dont 9 mois chez VINCI Energies, 11 mois chez Eurovia et 21 mois chez VINCI Construction). L’international représente 58 % du carnet à fin juin 2020 (57 % à fin juin 2019).

Pour VINCI Immobilier, le nombre de logements réservés en France, y compris la filiale Urbat, s’est contracté de 48 % à 1 817 lots au 1er semestre 2020. Dans le secteur résidentiel, la société subit, depuis le début de la crise, des reports pour l’obtention des permis de construire, en raison du contexte électoral en France, ainsi qu’un ralentissement du rythme de lancement des nouveaux programmes.

Impacts de la Covid-19 : une estimation des conséquences de la Covid-19 sur les comptes semestriels a été effectuée par comparaison avec les dernières prévisions budgétaires établies pré-pandémie. Ces impacts sont estimés à environ -4,2 milliards d’euros sur le chiffre d’affaires, -2,2 milliards d’euros sur le résultat opérationnel et -1,5 milliard d’euros sur le résultat net consolidé part du Groupe. Ils comprennent notamment les effets de la sous-activité et les surcoûts générés par la pandémie, ainsi que les éléments non courants comptabilisés sur la période.

III. Situation financière

Face à la crise, VINCI s’est employé à renforcer ses ressources financières :
  - en profitant, dès la fin mars, de la réouverture du marché des billets de trésorerie, conséquence de l’intervention des banques centrales ;
  - en obtenant de ses banques relationnelles une ligne de crédit supplémentaire de 3,3 milliards d’euros à échéance mars 2021 ;
  - en procédant à une émission obligataire par Cofiroute de 950 millions d’euros à échéance mai 2031.

Le Groupe a bénéficié, pour ce faire, de son excellente notation de crédit (A- chez Standard & Poor’s, A3 chez Moody’s, avec « perspective stable » dans les deux agences).

VINCI dispose ainsi d’une liquidité très importante. Elle s’établissait, au 30 juin 2020, à 18,3 milliards d’euros (15,9 milliards d’euros fin 2019 et 13,5 milliards d’euros fin juin 2019), se décomposant entre :
  - Une trésorerie nette gérée de 5,8 milliards d’euros (3,5 milliards d’euros au 30 juin 2019 et 6,8 milliards d’euros au 31 décembre 2019), signe d’une bonne tenue de la trésorerie opérationnelle au cours du 1er semestre ;
  - Un encours de 1,2 milliard d’euros de billets de trésorerie (1,8 milliard d’euros au 30 juin 2019 et 0,8 milliard d’euros au 31 décembre 2019) ;
  - Des lignes de crédit bancaire confirmées et non utilisées pour un total de 11,3 milliards d’euros, dont 8,0 milliards d’euros à échéance novembre 2024.

Au 30 juin 2020, la dette financière brute long terme du Groupe avait une maturité moyenne de 8,0 ans (8,1 ans au 31 décembre 2019). Son taux d’intérêt moyen au 1er semestre ressortait à 2,3 % (2,1 % au 1er semestre 2019 et 2,4 % en 2019).

IV. Point d’actualité et perspectives

VINCI constate une poursuite de l’amélioration de l’activité en juillet 2020 :
  - VINCI Autoroutes : du 1er au 26 juillet 2020, la baisse du trafic s’est établie à -2,0 % par rapport à la période comparable de l’exercice précédent.
  - VINCI Airports : du 1er au 26 juillet 2020, la baisse du trafic passagers s’est établie à -84 % par rapport à la période comparable de l’exercice précédent.
  - Contracting : l’activité est actuellement proche de son niveau normal estimé dans les trois pôles de métiers, avec des situations ponctuellement encore difficiles dans certains pays.

Hors nouvelle évolution défavorable de la pandémie et hors événements exceptionnels, VINCI anticipe :
Pour l’ensemble de l’année 2020 :
  · Dans les concessions :
    - une contraction de 15 à 20 % du trafic de VINCI Autoroutes
    - un recul autour de 65 % du trafic de VINCI Airports

  · Dans le contracting, une baisse de chiffre d’affaires dans une fourchette de 5 à 10 % et un recul de la marge opérationnelle de l’ordre de 150 à 200 points de base par rapport à 2019

Sur ces bases, l’évolution du chiffre d’affaires impactera les résultats du Groupe de manière significative.

Cet impact ne peut aujourd’hui pas être quantifié de manière fiable, en raison des incertitudes sur la reprise économique et le rythme d’amélioration des trafics de VINCI Autoroutes et de VINCI Airports.

Dans ce contexte, les résultats du Groupe devraient afficher une baisse au 2e semestre 2020 par rapport au 2e semestre 2019. Celle-ci devrait, toutefois, hors éléments exceptionnels, être nettement moins prononcée que celle constatée au 1er semestre 2020.

Pour 2021, le Groupe table sur une amélioration de ses résultats par rapport à ceux de 2020, sans toutefois qu’ils puissent, au global, déjà retrouver leur niveau de 2019.

Les différents plans de relance mis en place, en Europe particulièrement, dont la composante centrale est l’environnement, devraient soutenir les activités de VINCI ces prochaines années.

V. Autres faits marquants

· Prix de l’Environnement
La crise sanitaire va accélérer la refonte écologique des politiques publiques et des modèles économiques des entreprises. VINCI pose de nouveaux jalons sur cette voie en réaffirmant sa vision de la performance globale et en approfondissant sa stratégie et son ambition environnementale.

Des objectifs ambitieux – notamment une baisse de 40 % des émissions de CO2 d’ici à 2030 par rapport à 2018, sur le périmètre d’impact direct - ont été annoncés en début d’année 2020. Pour que ceux-ci soient partagés par l’ensemble des collaborateurs du Groupe, un grand concours mondial sera lancé, le 22 septembre 2020, à l’occasion d’une journée de l’environnement VINCI. L’objectif est de valoriser, récompenser et déployer les meilleures initiatives au service de l’ambition environnementale du Groupe en suivant quelques principes clés :   - Approche participative avec une collaboration souhaitée de chaque employé, à travers les dépôts de candidature, les votes et l’accompagnement des initiatives par un réseau de volontaires ;
  - Evaluation de l’impact environnemental des initiatives proposées ;
  - Plateforme digitale de partage, accessible à chaque employé.

· Innovation
VINCI et ParisTech ont réaffirmé leur partenariat, en janvier 2020, en fondant le lab recherche environnement. Sa feuille de route porte sur trois ambitions :
  - limiter les impacts environnementaux des bâtiments et des quartiers tout en maîtrisant les coûts ;
  - intégrer la dimension environnementale dans la digitalisation des métiers, notamment à travers l’intégration de la simulation énergétique dans le BIM (building information modelling) ;
  - améliorer le bien-être, le confort et la santé des usagers, notamment en réduisant les îlots de chaleur urbains.

Leonard, la plate-forme d’innovation et de prospective du Groupe, tenait le 4 juin son Demo Day. Plusieurs jeunes pousses, incubées dans la structure dans le cadre du programme SEED, ont présenté leurs projets centrés sur des thématiques liées à la transformation des villes et des infrastructures : construction, mobilité et énergie. Les start-up et scale-up, accompagnées dans le cadre du programme CATALYST, qui favorise les coopérations entre entreprises innovantes et VINCI, ont également eu l’occasion d’exposer le fruit de leurs collaborations avec le Groupe.

VINCI Energies :
  - Prises de participation dans des fonds d’investissement dans les start-up européennes répondant aux grands défis du secteur de la construction et de l’immobilier.
  - Partenariat avec la start-up WIND my ROOF, proposant une solution originale de production d’électricité à travers des éoliennes compactes à placer sur les toits des bâtiments.
  - Développement d’outils de calcul du bilan carbone des bâtiments.

Eurovia :
  - Power Road : un premier essai est en cours au Québec. Il permettra la validation de paramètres de constructibilité et d’efficacité, pour le développement de ce procédé en milieu nordique.

VINCI Construction :
  - Développement d’une gamme complète de bétons bas carbone par substitution du clinker, avec une réduction de l’empreinte carbone allant jusqu’à plus de 60 % (comparé à un béton de référence à base de ciment Portland).
  - Linaster, projet visant à exploiter en temps réel les données des engins de terrassement, afin d’en optimiser la consommation de carburant, les cycles et la productivité.
  - Accélération du développement commercial des marques proposant des solutions environnementales : Urbalia (biodiversité urbaine), Equo Vivo (génie écologique), solutions développées en partenariat avec ParisTech, Waste Marketplace (recyclage des déchets de chantier), la ressourcerie du BTP (réemploi des matériaux du second œuvre) et Résallience (résilience des infrastructures au changement climatique).

VINCI Autoroutes :
  - Easy Charge, filiale de VINCI Autoroutes et VINCI Energies dédiée à la mobilité électrique, a remporté, aux côtés du Fonds de Modernisation Ecologique des Transports, le contrat de délégation de service public du réseau de bornes de recharge électrique eborn. Le groupement assurera l’exploitation, le développement et la promotion de ce réseau, situé dans onze départements du sud-est de la France, au cours des 8 prochaines années.

· Succès commerciaux
Parmi les contrats remportés par le Groupe au cours du 1er semestre 2020, les plus significatifs sont les suivants.

VINCI Energies :
  - Contrat de PPP pour la modernisation et l’exploitation du Bürgerforum de Velbert (Allemagne).
  - Contrat de construction- rénovation de lignes haute-tension pour Austrian Power Grid dans la région de Salzbourg (Autriche), et contrat de construction d’une nouvelle ligne haute-tension entre la Basse-Saxe et la Hesse du Nord (Allemagne).
  - Contrat, au sein d’un groupement d’entreprises, pour la réalisation de l’architecture électrique des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express.

Eurovia :
  - Marché d’équipements et de travaux de voies ferrées et caténaires du secteur Ouest de la ligne 15 Sud du réseau du Grand Paris Express pour le groupement d’entreprises composé d’ETF (mandataire), filiale d’Eurovia, et de Mobility, filiale de VINCI Energies.

VINCI Construction :
  - Contrat des lots de génie civil N1 et N2 du projet de ligne à grande vitesse HS2 au Royaume-Uni remporté par le groupement Balfour Beatty – VINCI.
  - Contrat de construction de la tour de bureaux The Link, futur siège du groupe Total à Paris La Défense.
  - Contrat de construction du lot 1 de la ligne 18 du Grand Paris Express.
  - Deux contrats de rénovation autoroutière en Australie pour Seymour Whyte, filiale de VINCI Construction.

VINCI Airports :   - En avril, prolongation de 10 années du contrat d’exploitation de l’aéroport de Hollywood Burbank en Californie. En mai, désignation (titulaire pressenti) pour le renouvellement du contrat d’exploitation du terminal international de l’aéroport Hartsfield-Jackson à Atlanta pour une durée de 5 ans minimum.

VINCI Highways :
  - Sélectionné par les comtés d’Orange et de Riverside, près de Los Angeles en Californie, pour fournir et exploiter un nouveau système back-office ainsi qu’un centre de relations clients pour la 91 Express Lane, voies dédiées à péage dynamique à l’intérieur d’une autoroute existante.

· Aéroport de Londres Gatwick
Le 15 juillet 2020, Standard & Poor’s a effectué une revue de la Class A debt de Gatwick Funding Limited, société portant les financements de l’aéroport de Londres Gatwick. L’agence a confirmé sa notation investment grade BBB, mais lui a attribué un CreditWatch negative (contre Outlook negative précédemment). Le 24 juin 2020, Moody’s a confirmé sa notation Baa1 de Gatwick Funding Limited, mais révisé sa perspective de stable à négative. Le 30 avril 2020, Fitch Ratings a confirmé sa notation BBB+ de Gatwick Funding Limited, mais révisé sa perspective de stable à négative.

Un point d’actualité sera fait par Londres Gatwick d’ici fin août, à l’occasion de la publication de ses résultats du 1er semestre 2020. Ils comprendront également le compliance certificate (niveau des covenants financiers associés à la structure financière de Gatwick Funding Limited). Pour mémoire, le dernier compliance certificate de la société, publié le 24 avril 20206, stipulait alors : « Si l’impact de la Covid-19 s’avère plus prononcé qu’anticipé à date, avec des revenus en baisse sur une période plus longue, le ratio Senior ICR au 31 décembre 2020 se détériorerait ce qui pourrait, in fine, entraîner un non-respect des covenants ».

 

Agenda
31 juillet 2020 Résultats du 1er semestre 2020
- Conférence de presse : 08h30
- Conférence analystes : 10h30

Accès à la conférence téléphonique analystes :
En français +33 1 70 71 01 59      PIN : 77814029#
En anglais +44 20 7194 3759      PIN : 79376162#

Accès au webcast en différé sur notre site Internet :
https://www.vinci.com/vinci.nsf/fr/finances-resultats/pages/index.htm
13 octobre 2020 Trafic VINCI Airports du 3e trimestre 2020
20 octobre 2020 Information trimestrielle au 30 septembre 2020

 

Ce communiqué de presse est disponible en français et en anglais sur le site Internet de VINCI : https://www.vinci.com.

La présentation des résultats semestriels 2020 sera disponible avant la conférence de presse sur le site Internet de VINCI (https://www.vinci.com).

 

* En fin de période.
1 Hors chiffre d’affaires travaux des filiales concessionnaires confié à des entreprises extérieures au Groupe (voir glossaire).
2 Données à 100 % incluant le trafic des aéroports en période pleine de l’ensemble du portefeuille géré par VINCI Airports.
3 Hors chiffre d’affaires travaux des filiales concessionnaires confié à des entreprises extérieures au Groupe (voir glossaire).
4 Il convient aussi de rappeler que, dans les activités routières, fortement saisonnières, le résultat semestriel n’est pas représentatif de la performance annuelle.
5 Après prise en compte des instruments dilutifs.
6 Cf page 23 du rapport financier de Londres-Gatwick pour la période des 9 mois se terminant au 31 décembre 2019 via le lien suivant : https://www.gatwickairport.com/globalassets/business--community/investors/april-2020/ivy-holdco-limited-consolidated-financial-statements-31-december-2019.pdf

 

À propos de VINCI
VINCI est un acteur mondial des métiers des concessions et du contracting, employant plus de 222 000 collaborateurs dans près de 120 pays. Sa mission est de concevoir, financer, construire et gérer des infrastructures et des équipements qui contribuent à l’amélioration de la vie quotidienne et à la mobilité de chacun. Parce que sa vision de la réussite est globale et va au-delà de ses résultats économiques, VINCI s’engage sur la performance environnementale, sociale et sociétale de ses activités. Parce que ses réalisations sont d’utilité publique, VINCI considère l’écoute et le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes de ses projets comme une condition nécessaire à l’exercice de ses métiers. L’ambition de VINCI est ainsi de créer de la valeur à long terme pour ses clients, ses actionnaires, ses salariés, ses partenaires et pour la société en général.

Abonnez-vous aux :
- communiqués VINCI

par e-mail par RSS

- aux actualités VINCI

par e-mail par RSS
Image d'illustration

Contacts médias

Stéphanie Malek
Tél. : +33 1 47 16 35 00
media.relations@vinci.com

Relations investisseurs

Grégoire Thibault
Tél. : +33 1 47 16 45 07
gregoire.thibault@vinci.com

Alexandra Bournazel
Tél. : +33 1 47 16 33 46
alexandra.bournazel@vinci.com