Cours de l'action le 12/12/2017 14:45
86,730 € +0,32 %

Partenariat Public-Privé

Les PPP auraient parfois une mauvaise image ?

Il y a deux raisons qui peuvent justifier que, parfois,
les PPP pâtissent d’une mauvaise image.

La première est la complexité du modèle des PPP, qui peut parfois rendre difficile la compréhension de son fonctionnement. Les opérateurs privés doivent probablement communiquer davantage et faire plus d’efforts de pédagogie pour mieux expliquer le modèle et son fonctionnement juridique et financier. Ainsi, seuls 42 % des Français déclarent connaître la différence entre un mode de gestion publique ou une gestion confiée à un partenaire privé.

Le PPP est un modèle souvent caricaturé


La seconde est liée à quelques échecs, quelques projets réalisés dans le passé qui ont connu plusieurs problèmes et ont fait une très mauvaise publicité au modèle du PPP. Quel que soit l’outil et le schéma contractuel retenus par l’autorité publique pour lancer un projet, le choix doit reposer sur une analyse socio-économique préalable et précise, identifiant et analysant clairement le besoin. Le PPP ne doit pas être un moyen de faire financer par un partenaire privé un « mauvais » projet ; un mauvais projet étant un projet inutile, ou disproportionné, mal-dimensionné, ou ne répondant pas aux attentes et besoins des territoires ou des usagers.

Le PPP est un modèle souvent caricaturé


Il appartient à la puissance publique de définir très précisément et clairement le cahier des charges dès le lancement du projet.

Peu importe le type de contrat et peu importe le secteur, tout modèle économique peut connaître des dysfonctionnements. Le fait que tel ou tel projet réalisé en PPP soit pointé du doigt ne jette pas l’opprobre sur l’ensemble du modèle qui fonctionne parfaitement pour l’essentiel.

Des dysfonctionnements apparaissent parfois aussi dans la réalisation de projets en maîtrise d’ouvrage publique, avec notamment des dérapages de délais et de coûts.

La puissance publique ne peut valablement faire le choix du recours à tel ou tel modèle contractuel que si elle a une vision claire de l’ouvrage qu’elle souhaite réaliser.
Ensuite, il lui appartient de définir très précisément et clairement le cahier des charges dès le lancement du projet.