Actualités

La Fondation Louis Vuitton, une œuvre d’ultrahaute complexité

25 Juin 2014 - Projets en cours - France

Nuage, chrysalide, voilier, c’est le 27 octobre 2014 que la Fondation Louis Vuitton pour la création ouvre ses portes au public à Paris. Haut lieu pour l’art et la culture, l’édifice, imaginé par l’architecte Frank Gehry représente un défi technologique inédit. VINCI a été sélectionné pour construire le bâtiment de la Fondation avec l’aide de ses nombreux partenaires, et pour diriger l’ensemble du chantier.

La Fondation Louis Vuitton, une œuvre d’ultrahaute complexité
La Fondation Louis Vuitton, une œuvre d’ultrahaute complexité

Constitué de douze immenses voiles de verre, le bâtiment s’inscrit dans la longue tradition des architectures de verre comme celle du Grand Palais. Frank Gehry s’est également inspiré du Palais d’Hiver et du Palmarium, constructions de verre et d’acier qui ornaient le Jardin d’Acclimatation au XIXe siècle et offraient aux Parisiens des lieux de découverte et de promenade.

Ouvrage d’art au double sens du terme, la Fondation Louis Vuitton a multiplié les défis techniques. Pour les relever, VINCI a mobilisé toutes ses ressources d’entreprise générale et son ingénierie : une organisation en jeu collectif, mêlant les expertises de VINCI Construction France, VINCI Construction Grands Projets et VINCI Energies qui a permis d’assurer la maîtrise d’ensemble de ce chantier d’une complexité inédite.

La rétrospective Frank Gehry au Centre Pompidou, avec le soutien de VINCI

Les défis ont fait naître des liens de confiance entre tous les acteurs du projet. Pour prolonger cette aventure, VINCI a souhaité soutenir la rétrospective Frank Gehry, présentée au Centre Pompidou à partir du 8 octobre 2014 et jusqu’au 26 janvier 2015. Au 16 janvier 2015, plus de 171000 visiteurs avaient pu profiter de cette exposition. En savoir plus sur la rétrospective sur le site du Centre Pompidou.

Un défi technologique inédit

La Fondation Louis Vuitton, en lisière du Jardin d’Acclimatation, à Paris, n’est pas un bâtiment qui se laisse facilement décrire. Bernard Arnault a choisi Frank Gehry, architecte du musée Guggenheim de Bilbao et du Walt Disney Concert Hall de Las Vegas pour créer l’écrin qui accueille les collections d’art contemporain de la Fondation Louis Vuitton.

Voir le film de la construction sur le site de la Fondation Louis Vuitton

Dans la maquette présentée, en bois et papier plié, le projet semblait déjà défier les usages et les règles de la construction par la fantaisie de ses volumes, l’audace de ses porte-à- faux, ses superpositions et combinaisons d’éléments et de matériaux.

Avec Frank Gehry, pas de plans, mais de simples crayonnés, des maquettes, et une œuvre qui se précise par allers et retours entre le créateur et son bureau d’ingénierie, avant de se cristalliser sous la forme d’un modèle réduit et d’une modélisation 3D.

Du point de vue de la construction, le propre de cet ouvrage, c’est l’absence d’un lot dominant, comme l’est généralement le gros œuvre béton, sur lequel viennent se greffer les autres lots dans les projets classiques. Ici, les trois principaux lots – génie civil, clos et couvert, verrières (dont les deux premiers se décomposent respectivement en charpente métallique et béton, et « icebergs » et enveloppes vitrées) – sont totalement imbriqués sur les plans structurel et constructif.

Au total, les études structures et clos et couvert ont nécessité 1 500 000 heures de travail. Après la mise en place de la cellule de synthèse géométrique, la première étape est de corriger les surfaces de référence, au départ extrêmement complexes, de manière à les rendre constructibles. Exigeant six mois de travail, cette « rationalisation » permet d’engager le processus de fabrication industrielle des 3 600 éléments cintrés des verrières, des 19 000 panneaux de béton de façades, ainsi que de leurs structures porteuses. Par exemple, le système de pose des panneaux d’habillage, en béton fibré à ultra haute performance, a été repensé pour répondre à l’exigence de surfaces complexes de l’architecte.

La technologie au service d'un travail collaboratif

Pour « dialoguer » plus facilement avec la maîtrise d'œuvre, VINCI Construction France s’est équipé de Digital Project, l’outil de conception 3D du bureau d’ingénierie de Frank Gehry – une première –, puis met en place – c’est une première également – une organisation de type « maquette numérique de projet » (ou Building Information Modeling), pour permettre aux cinq bureaux d’études (de quatre nationalités différentes) impliqués dans le calcul de la structure, et ultérieurement à tous les fournisseurs et sous-traitants partenaires du projet (80 au total) d’accéder aux données et de les échanger.

Pour organiser les travaux, établir le planning des équipes, définir les moyens (outils et moyens de levage) à prévoir, etc., l’entreprise s’est inspirée une nouvelle fois du modèle industriel en mettant en place une méthode issue du lean management, le Last Planner System (LPS), qui consiste à réunir tous les intervenants d’une séquence pour notamment scénariser celle-ci en détail, en la replaçant dans le contexte général du chantier. Car chaque séquence de travail sur l’une des 22 zones prédéfinies du bâtiment devait tenir compte de la logique de montage de l’ensemble. À partir de mai 2012 et pendant dix-huit mois, cette dernière a été dictée par le montage des éléments des verrières, dont le phasage devait prendre en compte la capacité de la structure à reprendre des efforts transitoires.

Une troisième innovation a été nécessaire pour permettre aux outils et systèmes différents utilisés par les bureaux d’études de communiquer et d’échanger : la « plate-forme structurelle collaborative », développée par la direction Conception et études de structures de VINCI Construction Grands Projets, et récompensée par un prix Management lors du Prix de l’Innovation VINCI 2013.

L'exemplarité environnementale

Le projet de la Fondation Louis Vuitton a adopté une démarche environnementale exemplaire et a été choisi comme projet pilote pour l’élaboration d’un nouveau référentiel HQE® dédié aux bâtiments culturels.

Découvrez en images les étapes de la construction de la Fondation Louis Vuitton :

2014 - ouverture à l’automne

12 verrières

3D - mise en œuvre de la technologie de la maquette numérique

1 500 000 heures de travail – pour les études structures et clos couvert.