Nos solutions

Ensemble, aller plus loin et plus vite

Acteur majeur de l’aménagement des villes et des territoires, VINCI s’efforce de contribuer à la réflexion collective en engageant ses différentes parties prenantes dans cette démarche. Pour inventer les solutions responsables de demain, le Groupe n’innove pas seul mais noue des partenariats avec le monde universitaire et scientifique et avec celui des "jeunes pousses".
Cette démarche d‘open innovation lui permet, en sortant des cadres habituels de pensée, de proposer des réponses concrètes aux nouveaux enjeux de la ville de demain.

Chaire Éco-conception : associer chercheurs et opérationnels

En créant une Chaire dédiée à l’éco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures, VINCI a fait de ses propres projets un formidable terrain d’expérimentation, à la disposition des chercheurs.

Aventure intellectuelle et pragmatisme économique et environnemental

VINCI et trois écoles de ParisTech (MINES ParisTech, l’École des Ponts ParisTech et AgroParisTech) ont noué en 2008 un partenariat de cinq ans concrétisé par la création de la Chaire éco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures. Le fonctionnement de cette Chaire repose sur des groupes miroirs qui réunissent chercheurs et opérationnels de VINCI. Les recherches menées sont ainsi directement applicables à l’activité du Groupe et peuvent se diffuser rapidement au sein de ses différentes entités.

« Nos interlocuteurs chez VINCI sont très réceptifs et enthousiastes. Mais il y a eu des confrontations, au début ! Au final, ces groupes nous ont aidé à mieux comprendre les objectifs de l’entreprise. Nous avons alors choisi de revoir nos priorités pour produire des travaux immédiatement utiles et opérationnels. »
Nathalie Frascaria-Lacoste, professeur d’écologie évolutive et ingénierie écologique AgroParisTech et directrice adjointe du Laboratoire d'Écologie, Systématique et Evolution (ESE).

En savoir plus
Présentation de la Chaire

Pourquoi l’éco-conception ?

Les acteurs de la ville (concepteurs, constructeurs et utilisateurs) ont besoin de nouveaux outils de conception capable d’intégrer correctement les enjeux écologiques liés au développement durable des villes. VINCI, en tant que concepteur, financeur, constructeur et gestionnaire d’infrastructures et d’équipements, considère qu’il est de sa responsabilité de financer et de faciliter l’avancement des nouveaux outils favorisant l’éco-conception, la performance énergétique, la durabilité des infrastructures et les nouveaux services de mobilité.

Pour Nathalie Frascaria-Lacoste, professeur d’écologie évolutive et ingénierie écologique AgroParisTech et directrice adjointe du laboratoire Écologie, Systématique et Évolution à Orsay (université Paris-Sud), la réintroduction de la biodiversité en ville suppose de mieux associer les citoyens, en leur permettant de revisiter leur lien à la nature, voire de co-construire les nouveaux aménagements de l’espace urbain.

Voir les vidéos

Les projets de VINCI, laboratoires d’expérimentations

En créant une chaire dédiée à l’éco-conception, VINCI a fait de ses propres projets un formidable terrain d’expérimentation, à la disposition des chercheurs. Entre 2008 et 2013, les thèmes de recherche ont prioritairement porté sur les éco-quartiers, la réhabilitation des ensembles bâtis, les analyses de cycle de vie des matériaux, la biodiversité et la mobilité durable. Sur ces différents sujets, les filiales de VINCI ont servi de terrains d’expérimentation, proposant des sites pilotes, accueillant des chercheurs et des stagiaires. Les collaborateurs du Groupe ont également participé à la conception de modules à destination des étudiants et ces travaux ont été mis à la disposition des acteurs de la ville.

Une boîte àoutils innovante

La Chaire éco-conception VINCI Paris-tech a fait émerger une quinzaine d’outils de mesure et de méthodologies au service de l’éco-urbanisme et de la biodiversité qui font aujourd’hui référence.
« Pour suivre le niveau de performance d’un bâtiment, disposer d’outils validés par le corps scientifique est très appréciable. »
Olivier Genelot, VINCI Facilities IdF (VINCI Energies).
1. NovaEquer

Cet outil d'analyse de cycle de vie (ACV) des bâtiments permet d'évaluer l'empreinte environnementale d'un bâtiment à partir de 10 indicateurs environnementaux (consommation d'énergie, matériaux, consommations d'eau, procédés constructifs mis en œuvre, déchets, etc.) et d’éviter la substitution d'une pollution par une autre sur l'ensemble du cycle de vie du projet (de la construction à la démolition). En traitant plusieurs bâtiments et espaces publics d'un quartier (espaces verts, éclairage public, etc), NovaEquer permet notamment d’évaluer l’influence d’un plan masse sur la performance énergétique et environnementale d’un « morceau de ville ».

2. Biodi(V)strict

Cet outil d'évaluation de la biodiversité en milieu urbain établit un diagnostic des surfaces propices à la biodiversité. À partir des relevés d’espèces représentatives (oiseaux nicheurs, reptiles, papillons), l’équipe en charge du projet peut proposer des aménagements pertinents.

3. ParkCap

Ce modèle de simulation du stationnement sur un territoire met en évidence les capacités de transport (véhicules, infrastructures de circulation, places de stationnement) et les confronte aux besoins de mobilité sur une zone. Les niveaux d’usage simulés permettent de tirer des enseignements sur les temps de parcours et le confort de circulation, la qualité du service rendu à l’usager, ou encore l’environnement. ParkCap sait notamment simuler les parcours de recherche d’une place de stationnement dans une zone très chargée, ce qui permet d’évaluer les besoins en termes de dimensionnement et de tarification de l’offre de stationnement.

Un nouveau cycle de recherches

En 2014, VINCI a reconduit le partenariat pour une nouvelle période de 5 ans et porté le financement de la Chaire de 3 à 4 millions d’euros. Dans cette seconde séquence de recherche, les travaux seront encore plus appliqués et ils porteront sur un périmètre encore plus international, notamment grâce à la présence dans les instances de gouvernance d’experts européens anglais et suisses. Thèmes principaux de ce nouveau cycle : la performance énergétique, l’agriculture urbaine, les smart grids, les smart cities, les énergies renouvelables, le recyclage mais aussi, par exemple, les impacts socio-économiques des gares du Grand Paris.

La Fabrique de la Cité, où s’invente la ville de demain

Alors que nos espaces urbains sont en pleine mutation, VINCI travaille déjà à demain avec ses partenaires pour innover durablement.

Un think tank dédié à la ville de demain

Les villes dans lesquelles nous vivrons demain seront très différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui. Pour alimenter les réflexions sur l’innovation urbaine et valoriser les initiatives pionnières, en suscitant l’échange entre les différents acteurs, VINCI a lancé un think tank dédié, La Fabrique de la Cité. Cette démarche interdisciplinaire invite les acteurs du développement urbain à travailler ensemble, dans une démarche transversale, autour de projets de recherche et à l’occasion de rencontres.

Dans une perspective internationale, La Fabrique de la Cité donne à voir les grandes tendances et innovations urbaines. Véritable observatoire de l’évolution des métropoles, elle contribue à produire une vision partagée entre ceux qui conçoivent, aménagent, construisent et habitent la ville.

En savoir plus
www.lafabriquedelacite.com

Un réseau de partenaires experts tournés vers l’avenir

Dans un esprit d’ouverture, La Fabrique de la Cité a tissé des relations avec de nombreuses institutions de recherche en France et à l'étranger et créé un écosystème international qui rassemble urbanistes, élus locaux, géographes, sociologues, économistes, entrepreneurs et innovateurs. Elle a ainsi lancé un workshop avec le MIT Mobile Experience Lab, autour de l'évolution des modes de vie et de son impact sur la transformation urbaine.

La Fabrique de la Cité collabore également depuis plusieurs années avec l’équipe de chercheurs en urbanisme de Sciences-Po. Elle peut ainsi confier des missions de recherche aux étudiants des Masters Stratégies Territoriales Urbaines (STU) et Governing Large Metropolis (GLM) de l’école. Elle compte aussi parmi ses partenaires l’Institut d’urbanisme de Grenoble, l’ESSEC, l’ENS ou encore la London School of Economics.

En savoir plus
Comment transformer la ville à partir des usages ?

L’urban data, les usages à la source

Pour capter les nouveaux usages urbains, les villes disposent désormais d’un outil précieux : l’urban data, autrement dit les données numériques produites par l’ensemble des acteurs de la ville.

Ces données permettent d’analyser la demande de services des habitants, leurs comportements récurrents sur des questions comme la mobilité, la consommation d’énergie ou encore la gestion des déchets.

Ainsi à Eindhoven, aux Pays-Bas, les citadins participent à une expérimentation pour améliorer la qualité de l’air dans la ville, en lien avec des entreprises comme Axians (VINCI Energies), dans le cadre du programme AiREAS. Pour mesurer en temps réel la qualité de l’air, un réseau unique de capteurs a été déployé : installés sur des feux de signalisation, des bus, ou encore portés par certains habitants volontaires. Ces capteurs alimentent une plate-forme qui permet aux élus de disposer d’informations en temps réel sur le niveau de pollution et la température, et de revoir les flux de circulation à proximité des équipements accueillant du public ou des espaces publics.

Pour capter ces données, de plus en plus de villes créent des agences publiques ou se dotent d’organismes mi-publics mi-privés au service du développement urbain. À Berlin, c’est le cas, notamment, (espace) de la Berlin Partner für Wirtschaft undTechnologie GmbH. Certaines municipalités, comme Grenoble créent des plateformes d'open data (ouverture des données concernant la ville), premier pas préalable à leur exploitation par les habitants.

En savoir plus
L'impact de l'Urban Data sur les mobilités du quotidien

Avec Startupbootcamp, aux côtés des « jeunes pousses »

En choisissant de soutenir l’un des plus gros incubateurs de start-ups de Berlin, VINCI favorise l’innovation de demain dans les domaines clés du Groupe.

Startupbootcamp qu’est-ce que c’est ?

Startupbootcamp est un accélérateur de start-ups innovantes basé à Berlin qui met en relation de jeunes entrepreneurs talentueux et des investisseurs et partenaires industriels pour promouvoir et faire accélérer des projets d’entreprise particulièrement innovants. Aujourd’hui présent dans 8 villes à travers 10 programmes (Amsterdam, Berlin, Copenhague, Eindhoven, Londres, Barcelone, Singapour et Istanbul) Startupbootcamp est intégré dans un réseau mondial, actif dans une trentaine de pays.

En savoir plus
www.startupbootcamp.org

Le choix de Berlin

L’antenne berlinoise de la plate-forme Startupbootcamp s’est spécialisée dans les thématiques de mobilité durable et des énergies non polluantes, deux secteurs qui sont au cœur des activités de VINCI. Le groupe a donc choisi de soutenir les start-ups sélectionnées par cette antenne, aux côtés d’autres grands groupes, comme Deutsche Bahn, Cisco, Airbus ou Mercedes. L’objectif ? Rester au contact permanent d’un véritable vivier d’idées, utile au développement de ses propres métiers.

Un coup de pouce décisif aux innovateurs de demain

Chaque année, Startupbootcamp organise une campagne de repérage de nouvelles start-ups. Une fois les candidats potentiels recensés, 10 projets sont sélectionnés. Ils bénéficient chacun d’une subvention financière, d’un accès à des espaces de travail collaboratifs gratuits et d’un accompagnement sur une période de trois mois, dite d’ « accélération », avant leur présentation aux investisseurs.

Un parrainage ciblé

Pour l’édition 2015, les sélections ont eu lieu en juillet 2015 à Berlin. VINCI mobilise aujourd’hui 5 mentors, aux côtés d’autres entreprises partenaires, pour coacher les start-ups choisies et les aider dans l’élaboration de leur stratégie.

Parmi les start ups aidées :
coModule, une jeune entreprise innovante du secteur de l’électromobilité;
High Mobility, qui développe un dispositif numérique permettant de connecter sa voiture à ses différents appareils connectés, notamment pour communiquer en temps réel des informations sur les itinéraires et l’état du trafic.