Accueil - Mobile
90,570 € -0,34 %   14/04/2021 11:52
Accueil > Médias > Communiqués    >    Résultats annuels 2020 (05/02/2021)

Communiqués

Résultats annuels 2020

5 février 2021 - 07:30 - Finances - France

• Résultats en baisse significative dans un contexte de crise sanitaire sans précédent
• Cash-flow libre très élevé : 4,0 milliards d’euros, proche du record de 2019
• Forte diminution de l’endettement financier net sur un an – très haut niveau de liquidité
• Hausse des prises de commandes et du carnet
• Dividende proposé au titre de l’exercice 2020 : 2,04 euros par action
• Perspectives 2021 :
   - progression attendue de l’activité et des résultats du contracting
   - trajectoire des concessions (VINCI Autoroutes ; VINCI Airports) dépendante de l’évolution de la pandémie et des mesures restrictives pouvant en découler
• Déploiement de la nouvelle ambition environnementale de VINCI

Chiffres clés

Chiffres clés
En millions d’euros20202019Variation
2020/2019
Chiffre d’affaires 143 23448 053-10 %
Capacité d’autofinancement (EBITDA)5 9198 497-2 578
En % du chiffre d’affaires13,7 %17,7 % 
Résultat opérationnel sur activité2 8595 734-2 876
En % du chiffre d’affaires6,6 %11,9 % 
Résultat opérationnel courant2 5115 704-3 193
Résultat net part du Groupe1 2423 260-62 %
Résultat net dilué par action (en €)2,205,82-3,62
Cash-flow libre3 9904 201-211
Dividende par action (en €)2,04 22,04 3stable
Endettement financier net 4(en Mds€)(18,0)(21,7)+3,7
Liquidité 4(en Mds€)19,215,8+3,4
    
Evolution du trafic de VINCI Autoroutes-21,4 %+2,8 % 
Evolution du trafic passagers 5de VINCI Airports-70,0 %+5,7 % 
Prises de commandes (en Mds€)43,541,7+4 %
Carnet de commandes 4(en Mds€)42,436,5+16 %

1 Hors chiffre d’affaires travaux des filiales concessionnaires confié à des entreprises extérieures au Groupe (voir glossaire).
2 Proposé au titre de l’exercice 2020 à l’assemblée générale des actionnaires le 8 avril 2021.
3 Dont 0,79 € payé en 2019 et 1,25 € payé en 2020.
4 Au 31 décembre.
5 Données à 100 % incluant le trafic des aéroports en année pleine de l’ensemble du portefeuille géré par VINCI Airports.

 

Xavier Huillard, président-directeur général de VINCI, a déclaré :

« La performance économique de VINCI en 2020 a été fortement impactée par la crise sanitaire provoquée par la pandémie de la Covid-19.

Lors du premier confinement instauré en France le 17 mars 2020, la quasi-totalité des activités du Groupe ont été mises à l’arrêt. Si les métiers du contracting et, dans une moindre mesure, VINCI Autoroutes ont ensuite retrouvé des niveaux d’activité proches de la normale, VINCI Airports est resté très pénalisé par la chute du trafic aérien à l’échelle mondiale.

Sur l’ensemble de l’année, la baisse de chiffre d’affaires dans le contracting a finalement pu être limitée grâce à un second semestre soutenu tant en France qu’à l’international.
En revanche, VINCI Autoroutes a subi au global une baisse de trafic de l’ordre de 20 % : alors que le trafic des poids lourds a bien résisté, le trafic des véhicules légers a été affecté par les épisodes de confinement intervenus en France et en Europe au printemps, puis en fin d’année.
De son côté, VINCI Airports a vu son trafic chuter de 70 % en 2020 à la suite des mesures de restriction aux voyages mises en place dans le monde entier. Alors que de nouvelles vagues de contamination sont en cours, le trafic aéroportuaire reste très faible en ce début d’année 2021 et la visibilité pour les prochains trimestres réduite.

Dans ce contexte inédit, malgré une moindre dégradation au second semestre, les résultats de VINCI en 2020 sont en net retrait par rapport à ceux de l’exercice précédent. Pour autant, grâce à un niveau d’encaissements clients exceptionnel et à la maîtrise des dépenses opérationnelles et d’investissements, le cash-flow généré dans l’année s’est maintenu à un niveau remarquablement élevé, proche de celui de 2019, qui constituait un record historique.

La progression des prises de commandes, et celle du carnet qui en résulte, sont également sources de satisfaction, avec une série de contrats emblématiques remportés tant en France (un nouveau lot du Grand Paris Express, Tour The Link à La Défense, futur siège de TOTAL, travaux préparatoires des puits d’Avrieux pour la liaison Lyon-Turin) qu’à l’international (deux lots de la LGV HS2 et une nouvelle gare en Grande-Bretagne, rénovation du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine à Montréal et réalisation du segment Sud du contournement Ouest de Calgary au Canada, contrats de construction et de rénovation d’autoroutes en Australie, contrats ferroviaires en Nouvelle-Zélande). VINCI Energies a poursuivi sa politique de croissance externe tonique, avec une vingtaine d’acquisitions dont la plus significative au Canada, marquant une nouvelle étape dans le développement de ses activités en Amérique du Nord, et une autre en Allemagne dans le secteur de l’éolien offshore. Enfin, les synergies développées de longue date par VINCI entre ses métiers de constructeur et de concessionnaire lui ont permis de remporter deux contrats autoroutiers en PPP, l’un en République tchèque, l’autre au Kenya, qui constituent des premières pour ces pays.

Au-delà des difficultés rencontrées, l’année 2020 a confirmé la solidité de VINCI, doté d’une palette très large d’expertises et d’implantations géographiques, l’agilité et la capacité d’adaptation de ses entreprises bien ancrées dans leurs territoires et la pertinence de son modèle managérial basé sur la décentralisation des responsabilités au plus près du terrain et des clients.

L’humain et l’esprit entrepreneurial sont plus que jamais au centre de la culture du Groupe. Face à cette crise sanitaire inédite, l’engagement des collaborateurs de VINCI a pris tout son sens, quand, par exemple, il s’est agi de monter en quelques jours des hôpitaux de campagne, d’organiser des transports sanitaires sur les infrastructures gérées par le Groupe ou encore d’offrir des repas chauds aux chauffeurs routiers sur les aires d’autoroutes. VINCI s’est aussi mobilisé, au travers de ses fondations d’entreprises en France comme à l’international, pour déployer de multiples actions de solidarité en soutien aux populations les plus fragiles et à ceux qui étaient en première ligne.

Alors que l’évolution de la pandémie reste très incertaine en ce début d’année, une aggravation de la situation sanitaire ne pouvant malheureusement être exclue, VINCI dispose de solides atouts pour continuer à tracer son chemin et rebondir rapidement quand la crise aura été surmontée. Son modèle économique de temps long est particulièrement bien adapté aux grands enjeux actuels : transition écologique, efficacité énergétique, nouveaux besoins en matière de mobilité et de communication, qui constituent pour les entreprises du Groupe autant de marchés prometteurs.

Enfin, la crise sanitaire conforte le Groupe dans sa détermination à accélérer sa transformation environnementale. De nouvelles ambitions ont été définies et communiquées début 2020. Déclinées dans les différents pôles de métiers à travers des plans d’actions spécifiques, elles visent à : lutter contre le changement climatique, avec un premier objectif de réduction de 40 % des émissions de CO2 d’ici 2030 ; promouvoir l’économie circulaire ; protéger les milieux naturels.

Parce que sa vision de la réussite est globale, VINCI est engagé, non seulement sur la performance économique de ses activités, mais également sur leur impact social, sociétal et environnemental. »

Le Conseil d’administration de VINCI s’est réuni le 4 février 2021 sous la présidence de Xavier Huillard.
Le Conseil a arrêté les comptes de l’exercice 2020 6, qui seront soumis à la prochaine assemblée générale des actionnaires, le 8 avril 2021. Il a notamment approuvé la proposition d’un dividende au titre de l’exercice 2020 de 2,04 euros par action, payable entièrement en numéraire.

 

I. Résultats en forte baisse mais maintien du cash-flow libre à un niveau très élevé

Le chiffre d’affaires consolidé s’est élevé à 43,2 milliards d’euros en 2020, en baisse de 10,0 % à structure réelle par rapport à 2019. La baisse du chiffre d’affaires a été plus prononcée en France (-12,9 %) qu’à l’international (-6,5 %). La part du chiffre d’affaires réalisé hors France progresse ainsi à 47 % (45 % en 2019). A structure comparable, la baisse du chiffre d‘affaires ressort à -11,1 %, après neutralisation des changements de périmètre (+1,9 %), concernant essentiellement l’international, et des écarts de change (-0,8 %).

Le chiffre d’affaires de la branche concessions ressort à 5,8 milliards d’euros, en baisse de 31,7 % à structure réelle (-33,5 % à structure comparable), dont :
- VINCI Autoroutes : 4,6 milliards d’euros, en baisse de 17,5 % du fait de la contraction du trafic résultant des différentes mesures de restriction de circulation appliquées en France et en Europe, et particulièrement lors des deux confinements aux 2e et 4e trimestres.
- VINCI Airports : 1,0 milliard d’euros (-62,4 % à structure réelle et -65,5 % à structure comparable), conséquence de la très forte baisse du trafic aérien mondial suite aux restrictions de déplacement mises en œuvre dans la plupart des pays pour lutter contre la propagation de la Covid-19.

Le chiffre d’affaires de la branche contracting s’élève à 36,9 milliards d’euros, en recul limité de 5,2 % (-5,9 % à structure comparable). En France, le chiffre d’affaires de la branche s’établit à 17,5 milliards d’euros, en baisse de 10,6 % à structure réelle. Après un fort début d’année, l’activité a été très faible durant le premier confinement tant dans le bâtiment que dans les travaux publics, soit pendant près de deux mois. Elle a progressivement repris à partir de la fin avril pour retrouver un niveau proche de la normale en juin. A l’international, le chiffre d’affaires réalisé dans le contracting ressort à 19,4 milliards d’euros. Il est quasiment stable par rapport à l’exercice précédent et représente 53 % du total (50 % en 2019). A la différence de la France, en dépit de la crise sanitaire, l’activité a pu être maintenue à des niveaux proches des pleines capacités dans la plupart des pays où le Groupe est présent, avec certaines différences, toutefois, selon les zones en fonction des mesures décidées par les autorités locales.

- VINCI Energies : grâce à une reprise rapide de l’activité à partir de l’été (+1,2 % à structure comparable au 4e trimestre) et aux acquisitions réalisées, le chiffre d‘affaires 2020 reste quasi stable à 13,7 milliards d’euros (-0,6 % à structure réelle et -4,2 % à structure comparable). Cette bonne performance montre la résilience du pôle, qui a bénéficié de la diversité de ses implantations géographiques, de ses domaines d’activités et de ses expertises. De nombreuses entreprises sont restées actives au plus fort de la crise sanitaire grâce à leur présence dans des activités essentielles, telles que l’énergie, les télécommunications ou encore certains secteurs industriels. Par ailleurs, la croissance externe a contribué pour près de 600 millions d’euros à la variation du chiffre d’affaires de l’année, la principale acquisition étant la société canadienne Transelec Common Inc. en octobre 2020.
En France (43 % du total), le chiffre d’affaires recule de 4,8 % à structure réelle (-5,8 % à structure comparable). Après une reprise vigoureuse enregistrée après le premier confinement, l’activité s’est maintenue au second semestre à un niveau proche de celui de l’année précédente.
A l’international (57 % du total), le chiffre d’affaires progresse de 2,8 % à structure réelle (-2,9 % à structure comparable). Les croissances observées en Europe et en Amérique du Nord compensent les reculs de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Amérique du Sud.

- Eurovia : le chiffre d’affaires de 9,6 milliards d’euros enregistre une baisse limitée (-6,2 % à structure réelle, -5,5 % à structure comparable), l’inflexion positive au 3e trimestre (-0,6 % à structure comparable), en particulier en France, s’étant confirmée au 4e trimestre (-0,7 % à structure comparable).

En France (51 % du total), le chiffre d’affaires recule de 11,6 % à structure réelle (-11,9 % à structure comparable), pénalisé par le quasi-arrêt des chantiers durant le premier confinement. A l’international (49 % du total), le chiffre d’affaires progresse de 2,1 % à structure comparable (stable à structure réelle), l’activité ayant pu être maintenue tout au long de l’année dans la plupart des pays où Eurovia est implanté. Le chiffre d’affaires, à change constant, a progressé aux Etats-Unis - qui représente désormais 11 % du chiffre d’affaires du pôle -, au Royaume-Uni, en République tchèque et au Chili. Il recule en Allemagne, au Canada, en Pologne et en Slovaquie.

- VINCI Construction : le chiffre d’affaires atteint 13,6 milliards d’euros (-8,6 % à structure réelle, -7,9 % à structure comparable). La tendance à l’amélioration du 3e trimestre (-0,8 % à structure comparable), qui avait vu une bonne reprise des chantiers, s’est confirmée au 4e trimestre (+1,5 % à structure comparable).

En France (50 % du total), le chiffre d’affaires se replie de 14,4 % à structure réelle (-14,9 % à structure comparable), conséquence de l’arrêt des chantiers pendant le premier confinement. A l’international (50 % du total), la situation de l’activité a évolué de manière assez hétérogène selon les métiers et les zones géographiques, en fonction des décisions prises par les autorités sanitaires locales.

Porté par la montée en puissance de la division des grands projets sur plusieurs affaires significatives remportées récemment, le chiffre d’affaires est stable à structure comparable.

VINCI Immobilier affiche une baisse de son chiffre d‘affaires (-9,9 % à 1,2 milliard d’euros), la crise sanitaire ayant pénalisé la signature d’actes de ventes et la production des chantiers, tant en immobilier résidentiel qu’en immobilier d’entreprise, ainsi que l’activité d’exploitation des résidences gérées.

L’EBITDA consolidé s’élève à 5,9 milliards d’euros (8,5 milliards d’euros en 2019). Il représente 13,7 % du chiffre d’affaires, contre 17,7 % en 2019.

Le Résultat opérationnel sur activité (ROPA) ressort à 2,9 milliards d’euros (5,7 milliards d’euros en 2019). Il représente 6,6 % du chiffre d’affaires (11,9 % en 2019) et se décompose ainsi :

· 1,6 milliard d’euros pour la branche concessions, comprenant un résultat positif de VINCI Autoroutes (2,0 milliards d’euros) et une contribution négative de VINCI Airports (-0,4 milliard d’euros), malgré les mesures drastiques de réduction des dépenses rapidement mises en place au début de la pandémie. Les résultats des autres filiales concessionnaires du Groupe ont aussi été impactés par les baisses de chiffre d’affaires qu’elles ont subies, leurs charges étant essentiellement fixes.

· 1,2 milliard d’euros pour la branche contracting, soit 3,4 % du chiffre d’affaires, en diminution limitée par rapport à 2019 (4,3 %). Les entités du contracting ont été pénalisées en France par la sous-activité subie après l’entrée en premier confinement. Pour autant, fortes de leurs expériences des crises passées, elles ont fait preuve de résilience et d’agilité pour s’adapter rapidement à la situation. Les marges opérationnelles des trois pôles de métiers ont ainsi progressé au 2e semestre 2020 par rapport au 2e semestre 2019. Le recul limité sur l’ensemble de l’exercice des marges de VINCI Energies (marge de 5,7 %, soit -30 pb par rapport à 2019) et d’Eurovia (marge de 3,5 %, soit -70 pb par rapport à 2019) est à souligner. La marge de VINCI Construction, qui ressort à 1,0 % (contre 2,7 % en 2019), a été affectée par les pertes enregistrées sur plusieurs chantiers de bâtiment en France, du fait principalement de la sous-activité et d’une moindre productivité en raison de la crise sanitaire. Les difficultés de la division Entrepose, spécialisée dans l’Oil & Gas, ont entrainé une profonde réorganisation de ses activités.

Le Résultat opérationnel courant (ROC) ressort à 2,5 milliards d’euros (5,7 milliards d’euros en 2019). Outre l’impact des paiements en actions (IFRS 2), il comprend la contribution négative des filiales consolidées par mise en équivalence, principalement dans le secteur aéroportuaire, alors que celle-ci était positive en 2019.

Le Résultat net consolidé part du Groupe s’établit à 1,2 milliard d’euros (3,3 milliards d’euros en 2019), soit un résultat net par action7 de 2,20 euros (5,82 euros en 2019).

Le Cash-flow libre se maintient à un niveau très élevé, à 4,0 milliards d’euros (4,2 milliards d’euros en 2019). La baisse de l’Ebitda a pu être, en large partie, compensée par une amélioration très significative du besoin en fonds de roulement et des provisions courantes, ainsi qu’une réduction des investissements opérationnels. Les trois pôles du contracting sont les principaux contributeurs à cette remarquable performance, conséquence d’un niveau d’encaissements des clients très élevé, particulièrement en fin d’année. Ainsi, la forte amélioration des cash-flow libres de la branche contracting et de VINCI Immobilier, qui s’établissent à 2,7 milliards d’euros (1,3 milliard d’euros en 2019), permet de compenser partiellement la dégradation du cash-flow libre des concessions ramené à 1 milliard d’euros (2,8 milliards d’euros en 2019), surtout imputable aux activités aéroportuaires.

L’endettement financier net consolidé ressort à 18,0 milliards d’euros au 31 décembre 2020, en forte diminution de près de 3,7 milliards d’euros sur un an.

 

II. Inflexion globalement positive des performances opérationnelles sur la seconde partie de l’année

Après la forte baisse enregistrée à la suite du premier confinement, le trafic des réseaux interurbains de VINCI Autoroutes a retrouvé un niveau proche de celui de 2019 au cours de l’été. Il s’est ensuite contracté sous l’effet des restrictions appliquées en France et en Europe à partir de fin octobre (-22,4 % au 4e trimestre). Il faut également rappeler que le trafic de décembre 2019 avait bénéficié d’un effet positif en raison des perturbations provoquées par les grèves de la SNCF.

Sur l’ensemble de l’exercice, la baisse du trafic de VINCI Autoroutes ressort à -21,4 % tous véhicules confondus. Le trafic poids lourds s’est montré résilient (-6,5 %, dont +0,4 % au 4e trimestre), grâce à la résistance de l’activité économique et au développement de l’e-commerce. En revanche, le trafic des véhicules légers a été pénalisé par les mesures répétées de restrictions de circulation. Il enregistre une contraction de 23,8 % (-26,4 % au 4e trimestre).

Le trafic passagers du réseau VINCI Airports a enregistré une forte baisse, à l’image de l’ensemble du secteur aérien mondial, sur la plus grande partie de l’année 2020 en raison du développement de la pandémie à partir de mars. Le 2e trimestre a été marqué par un trafic quasi nul. Après une amorce de redémarrage initiée en juin, la tendance s’est à nouveau dégradée en septembre, puis s’est stabilisée à un niveau très bas au 4e trimestre, à la suite des nouvelles mesures de confinement prises en Europe.

Au global, le trafic passagers a chuté de 70,0 % par rapport à 2019, avec un total de 77 millions de passagers accueillis sur l’ensemble des plateformes du réseau (255 millions en 2019)8. La baisse a été plus prononcée en Europe et en Asie (de l’ordre de -72 %), qui ont subi des contraintes sanitaires particulièrement sévères, que sur le continent américain (environ -61 %). Révélateur d’une aspiration à la mobilité toujours réelle, le trafic passagers a rapidement rebondi dans les pays ayant levé leurs restrictions, telle que la République dominicaine. Par ailleurs, une certaine amélioration de la tendance a été observée depuis l’été sur les aéroports de Salvador (Brésil) et Sanford Orlando (États-Unis). Dans le même temps, les plateformes japonaises d’Itami-Osaka et Kobé ont bénéficié d’une reprise limitée du trafic domestique au 4e trimestre.

Dans le contracting :

- Les prises de commandes de l’année s’établissent à 43,5 milliards d’euros, en hausse de 4 % par rapport à 2019 (+4 % également au 4e trimestre). La progression de 14 % à l’international compense le recul de 6 % en France. Par pôle, les prises de commandes augmentent de 2 % pour VINCI Energies, soutenues par les activités infrastructures et ICT (Information Communication Technologies) à l’international. Pour Eurovia, elles reculent de 7 % sur l’année, dans un contexte post-électoral en France, peu favorable au lancement de nouveaux projets par les collectivités locales. Il faut noter, toutefois, une inflexion positive de la tendance au 4e trimestre (+13 % dont +7 % en France). Pour VINCI Construction, les prises de commandes progressent de 14 % sur l’année, grâce à l’obtention de grandes affaires tant en France qu’à l’international.

- Le carnet de commandes du contracting atteint ainsi 42,4 milliards d’euros au 31 décembre 2020, niveau record à cette période de l’année, en hausse de 16 % sur 12 mois. Il s’élève à 16,9 milliards d’euros (+9 %) en France et 25,5 milliards d’euros (+22 %) à l’international, soit 60 % du total (contre 57 % à fin 2019). En progression dans tous les pôles, il représente près de 14 mois d’activité moyenne de la branche (contre 11 mois à fin 2019).

Pour VINCI Immobilier, l’activité a été affectée en 2020 par l’entrée en confinement mi-mars, qui a entraîné un arrêt des chantiers et fortement perturbé la commercialisation des opérations en cours. Les lancements de nouveaux programmes ont, de plus, été pénalisés par le report des élections municipales et des délivrances de permis de construire qui en ont résulté.

Sur l’ensemble de l’année, la baisse du nombre de logements réservés -y compris la filiale Urbat Promotion- s’établit finalement à -16 %, soit 6 120 lots, grâce au rebond enregistré au dernier trimestre. Celui-ci s’explique à la fois par une nette reprise des ventes en diffus, par la concrétisation d’importantes ventes en bloc à des opérateurs publics (CDCH, Action Logement) et par la résilience des ventes de lots en résidences gérées.

Impacts de la Covid-19 : une estimation des conséquences de la Covid-19 sur les comptes annuels 2020 a été effectuée par comparaison avec les dernières estimations budgétaires établies pré-pandémie. Ces impacts sont estimés à environ -5,9 milliards d’euros sur le chiffre d’affaires, -3,7 milliards d’euros sur le résultat opérationnel courant et –2,4 milliards d’euros sur le résultat net consolidé part du Groupe. Ils comprennent notamment les effets de la sous-activité et les surcouts générés par la pandémie, ainsi que les éléments non courants comptabilisés sur la période.

 

III. Situation financière solide

Dans ce contexte exceptionnel de crise sanitaire, VINCI s’est employé à renforcer sa liquidité.

Celle-ci s’établissait à 19,2 milliards d’euros au 31 décembre 2020 (15,8 milliards d’euros à fin décembre 2019), se décomposant entre :
- Une trésorerie nette gérée de 10,0 milliards d’euros (6,8 milliards d’euros au 31 décembre 2019), traduisant un niveau très supérieur aux attentes des encaissements clients, particulièrement en fin d’année.
- Des lignes de crédit bancaire confirmées et non utilisées pour un total de 8,0 milliards d’euros, à échéance novembre 2025 pour la quasi-totalité de ce montant.
- Un encours de 1,2 milliard d’euros de billets de trésorerie (0,8 milliard d’euros au 31 décembre 2019).

En novembre 2020, dans un environnement de marché très favorable, VINCI a placé une émission obligataire « Green Bond » inaugurale de 500 millions d’euros à 8 ans, assortie d’un coupon de 0 % (soit un rendement pour l’investisseur légèrement négatif). Ce succès confirme la confiance des marchés, tant dans la qualité du crédit de VINCI - notée A- par Standard & Poor’s avec perspective stable, et A3 par Moody’s avec perspective stable - que dans sa politique environnementale ambitieuse. Cette émission permet, en outre, de diversifier les sources de financements du Groupe, en accédant à une nouvelle base d’investisseurs obligataires spécialistes de l’ESG (Environnement, Social, Gouvernance).

De son côté, Cofiroute avait réussi, en mai, un placement obligataire à 11 ans de 950 millions assorti d’un coupon de 1,0 %.

Ces opérations permettent à VINCI de conforter la maturité moyenne de sa dette et d’en réduire le coût.

Au 31 décembre 2020, la dette financière brute du Groupe, avant prise en compte de la trésorerie disponible, ressort à près de 28 milliards d’euros. Sa maturité moyenne est de 7,7 ans (8,1 ans au 31 décembre 2019) et son coût moyen de 2,3 %, en légère diminution (2,4 % en 2019).

 

IV. Perspectives 2021

Dans le contracting, VINCI vise, hors événements exceptionnels, un chiffre d’affaires en hausse, très proche de celui de 2019, ainsi qu’une amélioration des marges opérationnelles9 des trois pôles de métiers. Celles-ci devraient retrouver des niveaux du même ordre que ceux atteints en 2019 voire légèrement supérieur dans le cas de VINCI Construction. Ce rebond reste conditionné à une stabilisation du contexte économique et sanitaire.

Dans les concessions, la visibilité demeure très réduite à date, l’activité étant dépendante de l’évolution du contexte sanitaire et des mesures restrictives pouvant en découler. Il n’est donc pas possible à ce stade d’élaborer des prévisions de trafic fiables pour les prochains trimestres, ni pour VINCI Airports, ni pour VINCI Autoroutes.

Pour VINCI Autoroutes, dont le trafic reste affecté par les mesures de restriction de circulation, il peut toutefois être escompté un retour relativement rapide au niveau normatif, dès lors que ces mesures auront été levées, comme cela a pu être constaté à l’été 2020.

Compte tenu de ces incertitudes et de l’impact des concessions sur les performances du Groupe, les résultats consolidés de VINCI pour 2021 ne peuvent être, aujourd’hui, valablement quantifiés. En tout état de cause, ils ne pourront pas retrouver, dès 2021, leur niveau de 2019.

Dans ce contexte, le Groupe communiquera régulièrement sur l’évolution des trafics de ses principales infrastructures tant autoroutières qu’aéroportuaires.

 

V. Dividende

Le Conseil d’administration a décidé de proposer à la prochaine assemblée générale des actionnaires du 8 avril 2021 la distribution, entièrement en numéraire, d’un dividende de 2,04 euros par action au titre de l’exercice 2020 (stable par rapport au dividende de l’exercice 2019, dont 1,25 € a été payé en 2020).

Il sera versé le 22 avril 2021 (date de détachement du coupon : 20 avril 2021).

 

VI. Evolution du capital social

Au 31 décembre 2020, le capital de VINCI était constitué de 588,5 millions d’actions, dont 26,5 millions d’actions auto-détenues (représentant 4,5 % du capital à cette date).

 

VII. Responsabilité Sociale, Sociétale et Environnementale

· Performance environnementale

Dans la continuité des engagements de son Manifeste, VINCI a lancé sa nouvelle ambition environnementale début 2020, qui repose sur 3 axes prioritaires :
- Agir pour le climat.
- Optimiser les ressources grâce à l’économie circulaire.
- Préserver les milieux naturels.

Chacun des pôles a décliné ces objectifs et travaille à leur réalisation, notamment :
- VINCI Energies propose à ses clients des solutions techniques innovantes pour réduire leur empreinte carbone.
- Eurovia devient un acteur significatif de l’économie circulaire en développant Granulat+ et en réalisant la première route 100 % recyclée.
- VINCI Construction lance sa gamme de béton bas carbone, incitant toute la filière à faire évoluer ses modes constructifs.
- VINCI Autoroutes promeut l’Autoroute Bas Carbone et son objectif de zéro phyto sur l’ensemble de son réseau.
- VINCI Airports engage ses aéroports vers la neutralité carbone, en y installant des fermes solaires, et devient une référence en requalification environnementale des plates-formes qui rejoignent son réseau.

Pour atteindre l’objectif de réduction de 40 % des émissions de CO2 d’ici 2030 par rapport à 2018, sur le périmètre d’impact direct (« scopes 1 et 2 »), les entités du Groupe mettent en place des actions d’efficacité énergétique et de décarbonation sur les véhicules et engins de chantier, les sites fixes et recourent aux énergies renouvelables.

VINCI s’est, par ailleurs, engagé dans la démarche act4nature international, précisant ainsi sa feuille de route biodiversité.

Pour que ces objectifs soient réellement partagés auprès des plus de 217 000 collaborateurs que compte le Groupe dans le monde, un grand concours sur l’environnement a été lancé en septembre 2020 et les prix seront décernés entre juin et décembre 2021 dans toutes les régions du monde. Les actions de sensibilisation et de formation des collaborateurs ont également été renforcées.

Enfin, une part significative des moyens du Groupe en matière de recherche et d’innovation est consacrée à l’environnement. Ceux-ci sont déployés dans chacun des pôles de métiers, mais aussi chez Leonard, la plate-forme d’innovation et de prospective du Groupe, notamment à travers ses programmes « intrapreneurs » et d’accompagnement de start-ups. VINCI met également en œuvre des actions spécifiques dans le cadre de partenariats scientifiques et technologiques externes, notamment avec ParisTech.

· Performance sociale et sociétale

Dans un contexte de crise, VINCI s’est efforcé de préserver l’emploi en limitant à 2 % la baisse des effectifs globaux et a poursuivi le déploiement de sa démarche sociale et sociétale :
- La santé et la sécurité des salariés sont des priorités absolues. Le taux de fréquence des accidents du travail avec arrêt (5,32 en 2020) a pu être réduit de 25 % en 5 ans. 75 % des entreprises de VINCI n’ont enregistré au cours de l’année aucun accident du travail avec arrêt (contre 71 % en 2015).
- En matière de mixité, le Groupe se fixe comme objectifs d’augmenter à 28 % la part des femmes dans les recrutements ou promotions à des fonctions managériales à horizon 2023, et d’augmenter la part des femmes membres des comités de direction des sociétés du Groupe.
- 3 000 personnes en insertion ont été accompagnées par les entreprises de VINCI en France en 2020, afin de faciliter leur retour vers l’emploi.
- Environ 170 000 salariés et anciens salariés de VINCI détiennent, au travers de dispositifs collectifs d’épargne salariale, près de 9 % de son capital. En 2020, ces dispositifs ont été étendus à 4 nouveaux pays, permettant à 83 % des effectifs hors de France de devenir actionnaires de VINCI. En France, 90 % des salariés sont aujourd’hui actionnaires.
- Les 14 Fondations d’entreprise du Groupe ont soutenu plus de 430 projets associatifs locaux, en s’appuyant sur le parrainage de près de 1 000 salariés en France et à l’international. VINCI a annoncé son soutien aux acteurs du monde hospitalier, sanitaire, social et scolaire en première ligne dans la crise de la Covid-19, en abondant le budget de la Fondation d’entreprise VINCI pour la Cité de 10 millions d’euros.
- Le Groupe a poursuivi l’opération « Give me five » avec l’objectif d’accueillir 5 000 élèves de classes de 3ème venant de zones d’éducation prioritaire dans toute la France, dans le cadre d’immersions pédagogiques leur permettant de découvrir l’étendue et la richesse des métiers du Groupe. Ils font par la suite l’objet d’un accompagnement éducatif et des stages de césure leur sont réservés. Afin de faciliter la mise en œuvre de l’enseignement à distance auprès des collégiens ayant bénéficié des stages découverte, une opération de don de matériel a été déployée en avril 2020, conjointement avec la Fondation d’entreprise VINCI pour la Cité : au total, 1 600 ordinateurs et tablettes ainsi que 300 clés 4G ont été offerts et livrés dans une trentaine de collèges.

· Ethique et droits humains

En application des engagements de son Manifeste, VINCI mène ses projets dans le respect de principes éthiques et de protection des droits humains qui sont des impératifs pour toutes ses entités. La Charte éthique et comportements et le Code de conduite anticorruption sont désormais accessibles en 31 langues. Le Guide VINCI des droits humains explicite les lignes directrices que toutes les entreprises du Groupe doivent appliquer dans ce domaine, quel que soit leur métier et leur localisation.

· Principales innovations en 2020

VINCI Energies :

- Convertir l’électricité verte en hydrogène : le pôle collabore depuis plusieurs années avec GRTgaz (réseau de transport de gaz naturel en France) pour son projet Jupiter 1000. Ce démonstrateur industriel de Power to Gas, mis en service en 2020 à Fos-sur-Mer, a pour but de transformer l’électricité renouvelable en gaz. L'électricité sera convertie en hydrogène par deux électrolyseurs ainsi qu’en méthane de synthèse par le biais d'un réacteur de méthanation et d'une structure de capture de CO2. VINCI Energies a assuré l’ensemble des travaux d’électricité, d’instrumentation et d’automatismes de ce projet.

- Intelligence artificielle et covoiturage : VINCI Energies, en collaboration avec VINCI Autoroutes, a été retenu par la Ville de Paris pour réaliser un dispositif-test de qualification du covoiturage sur le boulevard périphérique. L’objectif est de pouvoir compter le nombre d’occupants d’un véhicule, lire sa plaque d’immatriculation et vérifier que sa catégorie est autorisée à circuler sur la voie réservée. VINCI Energies est en charge de l’informatique embarquée et de l’installation, tandis que VINCI Autoroutes fournit la solution d’analyse des images des caméras de surveillance, qui intègre les derniers progrès d’auto-apprentissage de l’intelligence artificielle.

Eurovia :

- Aux côtés d’ElectReon, réalisation d’un projet pilote de route à recharge électrique par induction à Karlsruhe (Allemagne), pour le compte du fournisseur d’énergie EnBW. Ce système, intégré à la chaussée, permettra une charge sans contact à la fois lorsque le véhicule est à l’arrêt et pendant la conduite.

- Développement de solutions innovantes de recyclage appliquées aux travaux routiers. Le pôle a lancé, en 2020, Recyvia-E. Cette méthode d’entretien, particulièrement adaptée aux voies rurales, permet de retraiter les couches de surface en réutilisant 100 % des matériaux présents sur place.

VINCI Construction :

- Poursuite du développement de formulations de bétons bas carbone au travers de la démarche Exegy, pour répondre à la diversité des usages (fondations, superstructures…). Le béton Exegy ultra-bas carbone est le premier béton structurel du marché à justifier d’une réduction aussi élevée de ses émissions de CO2 (-64 %), avec des propriétés de solidité et de résistance au moins équivalentes à celles des bétons traditionnels.

- Poursuite du déploiement de Linaster, projet visant à exploiter en temps réel les données des engins de terrassement, afin d’en optimiser la consommation de carburant, les cycles et la productivité.

VINCI Concessions :

- Dans la poursuite de sa politique d’innovation alliant infrastructure connectée, gestion des flux et satisfaction client, VINCI Concessions a lancé des projets innovants en 2020, tels que MONA à Lyon, offrant un parcours voyageurs « sans contact » grâce à la biométrie et la reconnaissance faciale.

- A Lisbonne, VINCI Airports a déployé une application mobile pour les passagers leur permettant de donner leur avis en temps réel sur les mesures sanitaires mises en place (146 QR Codes répartis dans l’aéroport). Par ailleurs, un robot de désinfection par rayons ultra-violets a également été déployé dans la plateforme. Ces innovations ont permis d’obtenir le label « Clean & Safe » des autorités portugaises.

- VINCI Highways a encouragé le paiement digitalisé sur l’ensemble de son réseau autoroutier. Ainsi, en Grèce, l’autoroute Olympia Odos entre Athènes et Patras est à ce jour l’unique autoroute du pays permettant aux automobilistes de réaliser leurs transactions totalement sans contact.

 

VIII. Autres faits marquants

Xavier Huillard, président-directeur général de VINCI, a nommé Pierre Anjolras président de VINCI Construction le 12 janvier 2021. Pierre Anjolras, membre du comité Exécutif de VINCI, conserve l’ensemble de ses autres mandats au sein du groupe VINCI et notamment la présidence d’Eurovia.

A compter du 1er février 2021, l’ensemble constitué par VINCI Construction et Eurovia est placé sous la direction de Pierre Anjolras. Cette nouvelle organisation permettra d’optimiser le fonctionnement des activités de cet ensemble et de développer leurs synergies en les intégrant au sein d’un pôle de management unique.

Agenda
Agenda
5 février 2021Présentation des résultats annuels 2020
8h30 : conférence de presse – 10h30 : réunion analystes

Accès à la conférence téléphonique analystes :
En français +33 (0)1 70 71 01 59 (PIN: 37290083#)
En anglais +44 (0)20 7194 3759 (PIN: 48132683#)

Accès au webcast en direct sur notre site internet  ou sur le lien suivant :
https://channel.royalcast.com/landingpage/vincifr/20210205_1/
8 avril 2021Assemblée générale des actionnaires
20 avril 2021Détachement du coupon du dividende
22 avril 2021Paiement du dividende

 

6 Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification des commissaires aux comptes est en cours d’émission.
7 Après prise en compte des instruments dilutifs.
8 Données à 100 %. Données 2019 incluant le trafic des aéroports en année pleine.
9 Résultat opérationnel sur activité / chiffre d’affaires.

 

Ce communiqué de presse est disponible en français et en anglais sur le site Internet de VINCI : www.vinci.com.

La présentation des résultats annuels 2020 sera disponible avant la conférence de presse sur le site Internet de VINCI : www.vinci.com.

Les états financiers consolidés au 31 décembre 2020 sont disponibles sur le site Internet de VINCI : https://www.vinci.com/vinci.nsf/fr/investisseurs.htm

 

À propos de VINCI
VINCI est un acteur mondial des métiers des concessions et du contracting, employant plus de 217 000 collaborateurs dans une centaine de pays. Sa mission est de concevoir, financer, construire et gérer des infrastructures et des équipements qui contribuent à l’amélioration de la vie quotidienne et à la mobilité de chacun. Parce que sa vision de la réussite est globale, VINCI s’engage sur la performance environnementale, sociale et sociétale de ses activités. Parce que ses réalisations sont d’utilité publique, VINCI considère l’écoute et le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes de ses projets comme une condition nécessaire à l’exercice de ses métiers. L’ambition de VINCI est ainsi de créer de la valeur à long terme pour ses clients, ses actionnaires, ses salariés, ses partenaires et pour la société en général.

Abonnez-vous aux :
- communiqués VINCI

par e-mail par RSS

- aux actualités VINCI

par e-mail par RSS
Image d'illustration

Contacts médias

Stéphanie Malek
Tél. : +33 1 47 16 35 00
media.relations@vinci.com

Relations investisseurs

Grégoire Thibault
Tél. : +33 1 47 16 45 07
gregoire.thibault@vinci.com

Alexandra Bournazel
Tél. : +33 1 47 16 33 46
alexandra.bournazel@vinci.com