Accueil - Mobile
85,850 € +1,05 %   01/07/2022 17:35
Accueil > Médias > Actualités > Aéroport de Santiago du Chili - Retour sur la création d’un hub aérien mondial (23/03/2022)

Aéroport de Santiago du Chili - Retour sur la création d’un hub aérien mondial

Image d'illustration

23 Mars 2022 - Événements - Chili

Inauguré récemment, le nouvel aéroport international de Santiago, au Chili, a fait l’objet d’un vaste programme de modernisation, lancé par VINCI Airports dès l’attribution de la concession. Retour sur un projet hors norme, long de cinq années, illustration de l’efficacité du modèle intégré du Groupe.

Exploitant de l’aéroport de Santiago depuis 2016, le consortium Nuevo Pudahuel, formé à majorité par VINCI Airports et Groupe ADP, a remporté la concession en répondant à un cahier des charges extrêmement ambitieux. Il s’agissait d’opérer une transformation en profondeur de cette infrastructure, décisive pour le développement économique du Chili. En effet, depuis son retour à la démocratie, le pays connaît une croissance rapide avec, entre 1990 et 2015, une multiplication par cinq de son PIB par habitant, devenu le plus élevé d’Amérique du Sud. Or l’aéroport n’a pas suivi ce rythme effréné : faute d’investissements suffisants, il s’est retrouvé au fil des ans au bord de la saturation en matière de capacité d’accueil du fret et des passagers.

Les multiples atouts de l’aéroport de Santiago

« Outre le dynamisme du Chili, se souvient le CEO de Nuevo Pudahuel, Xavier Lortat-Jacob, les raisons de nous impliquer dans cette concession tenaient à la qualité intrinsèque de l’actif : c’était déjà le sixième aéroport du continent, la seule plateforme internationale du pays, au cœur d’un bassin de 8 millions d’habitants, desservie par deux autoroutes et située à seulement trente minutes du centre de Santiago. » L’aéroport était aussi le siège de Latam, principale compagnie sud-américaine.
Le potentiel était donc là – indéniable. Il ne restait qu’à le réaliser avec les moyens et le savoir-faire adéquats. VINCI Airports s’y est attelé en lançant un vaste programme de modernisation dès l’entrée en vigueur de la concession.

Image d'illustration

Le duo concessionnaire-constructeur aux manettes d’un projet majeur

Le projet visait à accroître les capacités de l’aéroport, en les faisant passer de 16 à 38 millions de passagers par an. Et c’est le modèle intégré de VINCI qui a permis de relever ce défi titanesque – VINCI Airports assurant la maîtrise d’ouvrage, tandis que VINCI Construction Grands Projets prenait la tête du groupement constructeur pour se lancer dans l’un des plus grands chantiers de bâtiment jamais mené par le Groupe à l’international.
Ce projet est exceptionnel d’abord par son ampleur : un investissement de près de 1 milliard de dollars – le plus important depuis plus de vingt ans dans les concessions au Chili. Il s’agissait de réhabiliter l’ancien terminal pour le réserver aux vols domestiques en augmentant sa surface et de construire un terminal international, avec ses cinq corps principaux et ses annexes. En amont de la pose de la première pierre, en 2017, le regard de l’utilisateur final de l’infrastructure, représenté par VINCI Airports, a été essentiel pendant la phase de conception du projet. Il a permis d’apporter à ce dernier un paramétrage fin, en passant en revue aussi bien les systèmes techniques que le tri des bagages, sans oublier les passerelles reliant les terminaux aux avions. Nicolas Notebaert, directeur général de VINCI Concessions et président de VINCI Airports, résume le projet ainsi : « [Il] a représenté un terrain idéal pour déployer le modèle intégré du Groupe. Car son potentiel ne pouvait être réalisé qu’en mobilisant simultanément une forte capacité d’investissement, des savoir-faire aéroportuaires spécifiques et des expertises de pointe en construction et maîtrise d’ouvrage. »
Le tout en s’efforçant de perturber le moins possible les opérations de l’aéroport, qui se sont poursuivies durant tout le chantier. Mais la complexité était également au rendez-vous sur le plan technique. Situé sur la célèbre « ceinture de feu du Pacifique », un arc d’activité volcanique s’étendant jusqu’au Japon, le Chili est l’un des pays les plus sismiques au monde. Il impose en conséquence les normes les plus élevées en la matière, qui se sont traduites par autant de contraintes majeures pour le constructeur.

Une technologie à la croisée des deux métiers : le BIM

C’était le premier projet full BIM (Building Information Modelling) de VINCI Construction Grands Projets – une technologie de modélisation des données du bâtiment mise en œuvre tout au long de son cycle de vie. Utile au processus de conception et de construction, cette maquette numérique du bâtiment centralise l’information, facilitant la coordination et la communication entre les acteurs du projet, avec qui elle est partagée. Autre avantage d’importance : cette modélisation fournit une visualisation de la totalité du projet dès la conception. Ce qui a permis, dans le cas de l’aéroport de Santiago, de maîtriser les flux passagers et les contraintes liées à la sécurité aéroportuaire, ou encore de déterminer l’emplacement des espaces commerciaux. La maquette est ensuite livrée, en même temps que l’ouvrage, au concessionnaire VINCI Airports, à qui elle permet une gestion 100 % digitalisée de l’exploitation et de la maintenance.

Abonnez-vous aux actualités VINCI
S'abonner

Contacts médias

Stéphanie Malek
Tél. : +33 1 47 16 35 00
media.relations@vinci.com